Liste des auteurs

FLASH INFO CONTRE FLASH INTOX

mercredi 19 février 2014 par CGT Centrale Gardanne

Le Comité d’Etablissement du 13 février 2014 débute par la remarque au président que tous les élus n’ont pas reçu les documents. Il est également rappelé qu’auparavant, l’envoi des documents était doublonné : une version papier par la poste et une version électronique par email. Le candide président nouvellement intronisé ne sait que répondre… Nouvelle preuve, s’il en fallait, que la direction ne cherche pas à renouer le dialogue social.

Première question posée par les élus : « est-ce que les documents présentés aujourd’hui en instances sont en adéquation avec l’accord du 10 juillet ? » Et la réponse attendue par les élus était un oui, même timide. Mais à leur grande surprise, ils s’entendent répondre : « Nous avons besoin d’une suspension de séance ». A son retour, le président confirme que les documents présentés sont bien en lien avec l’accord du 10 juillet.

Le ton est donné. Ce Comité d’Etablissement ne fut qu’une mascarade et une suite de suspensions de séance dont 7 à la demande de la direction.

Les questions de notre Organisation ont été claires et sont les suivantes. Nous vous laissons l’entière appréciation des réponses fournies par la direction :

1) Puisque les documents présentés sont en adéquation avec l’accord du 10 juillet, respectez-vous cet accord ?

Réponse de la direction : oui.

FAUX. L’accord du 10 juillet n’est pas respecté et l’argumentaire complet a été adressé par courrier au directeur adjoint de la DIRECCTE PACA le 20 janvier dernier.

2) Pouvez-vous nous transmettre l’accord paraphé par la CFTC comme défini dans le livre I et le flash info du 31 janvier 2014 ?

Réponse de la direction : après une heure de suspension de séance, la direction nous remet cet accord.

HONTEUX ! La direction avec la CFTC n’ont pas seulement paraphé l’accord mais l’ont bien signé sans le soumettre à la signature de l’organisation majoritaire du site. Ceci est clairement illégal et discriminatoire.

3) Comment se fait-il que cet accord ait été signé le 30 janvier et non paraphé comme cité par une communication de la direction ? Notre Organisation n’a été ni informée ni invitée à signer cet accord !

Réponse de la direction : c’est un oubli de notre part.

FAUX. Il n’y a pas d’oubli. En plus des informations mensongères que la direction diffuse via ses « flash info », elle a décidé de choisir son interlocuteur en faisant fi des élections de représentativité (pour rappel, la CGT représente 89% du personnel). Comment peut-on parler d’oubli quand 14 jours après la signature de l’accord, aucun document ne nous est parvenu et qu’il ait fallu insister en CE pour l’obtenir !

4) Va-t-il y avoir des négociations sur les emplois support comme le prévoit l’accord du 10 juillet ?

Réponse de la direction : oui.

FAUX. Vu l’accord qui nous a été présenté en instance, nous constatons que la négociation a déjà eu lieu avec la CFTC, hors cadre de l’accord du 10 juillet, contrairement à ce que prévoit ce dernier, y compris sur les emplois support. l’effectif est déjà figé à 11 salariés.

5) Quelle est la capacité de départ prévu dans le cadre du PDV ?

Réponse de la direction : dans le cadre du PDV sur les emplois production, il y a une possibilité de 215 départs. Mais pour permettre de faire partir des salariés issus des emplois support, nous avons pioché dans ce quota et nous reverserons le nombre de départs des emplois support dans leur quota quand le nouveau PDV sera mis en place.

FAUX. A aucun moment ce type de manipulation ne peut avoir lieu dans le cadre de l’accord du 10 juillet. Nous condamnons fermement ce genre de pratiques.

Voici une partie de la déclaration que les élus du CE ont lue avant de quitter la séance le 13 février 2014 : « […] De plus, lors du CE de ce jour, des informations données aux élus après une multitude de demandes insistantes mettent en évidence de grosses carences de la direction dans la manière d’aborder le dialogue social, des règles de fonctionnement de l’organisme ainsi que l’application de l’accord du 10 juillet 2013.

M. le président nous a remis en instance ce jour l’accord sur l’organisation et les effectifs de la Centrale de Provence, signé par la CFTC et la Direction le 30 janvier 2014. Nous sommes au regret de constater que seule la CFTC a pu prendre connaissance de l’accord proposé et que la CGT en est seulement informée ce jour suite à une question posée en instance.

Pour les élus du CE cela est clairement de la discrimination syndicale envers la CGT qui représente près de 89% du personnel depuis les dernières élections de représentativité du 21 novembre 2013. La démarche de la direction est visiblement dénigrante vis-à-vis des salariés qui se sont exprimés aux dernières élections de représentativité. Cette attitude est scandaleuse et inacceptable. Par cet agissement, vous êtes responsables de la dégradation du climat social.

Aussi, la Direction a joué de désinformation auprès du personnel en expliquant dans un flash Info du 31 janvier 2014 que l’accord a seulement été paraphé par l’organisation syndicale minoritaire et la direction.

La direction réitère sa désinformation lors du CCE du 12 janvier 2014 et du CE Provence de ce jour ; lors de la remise du projet d’adaptation des activités industrielles et des fonctions de direction, d’administration et de vente de la Snet au sein d’Eon en France, à la page 149/162 ; ceci est inacceptable, honteux et scandaleux.

Comment les élus de cette instance peuvent émettre un avis si les informations qui lui sont transmises sont mensongères ?

Où est l’égalité des traitements entre les organisations syndicales représentatives du personnel sur le site ?

L’attitude de la direction est discriminatoire !

Ensuite, les débats de ce jour ont une nouvelle fois mis en évidence de nombreux défauts dans l’application de l’accord du 10 juillet 2013. Ces carences qui ne sont que de votre fait, contribuent encore à rendre difficile un dialogue social quasi inexistant et accentuent une fois de plus la colère des travailleurs.[…] »

Participons tous au meeting de l’UD CGT 13

aux Halles de Gardanne le 20 février 2014 à 18 heures.

Ceux qui vivent sont ceux qui luttent !

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !