Liste des auteurs

Un article de Fanny Doumayrou paru dans l’Humanité du 12 mai 2005

Fabio Lucci : Douze magasins en grève

samedi 14 mai 2005 par Fanny Doumayrou

Le ras-le-bol a éclaté dans les magasins Fabio Lucci, spécialisés dans les vêtements et le bazar hard discount. Depuis plus d’une semaine, les salariés de douze magasins sur les 114 que compte la société française - Vetura-Fabio Lucci sont en grève sur les salaires, à l’appel des syndicats CGT, CFDT, CFTC. Le mouvement a démarré le samedi 30 avril dans deux magasins des Bouches-du-Rhône, pour s’étendre le lundi suivant aux magasins de la région parisienne (Paris porte de Pantin, Paris-Belleville, Bobigny, les Mureaux, Meaux).

« 70 % des employés sont au SMIC, les salaires vont de 970 à 1 200 euros, déplore Hortense Dufour, déléguée syndicale centrale CGT. En quatorze ans de travail chez Fabio Lucci, je n’avais jamais connu de grève mais cette fois le ras-le-bol était général. La vie est de plus en plus chère, avec 1 000 euros on n’arrive pas à joindre les deux bouts. La direction dit toujours non à nos revendications, alors que la société marche très bien. Le jeudi avant la grève, elle a annoncé un chiffre d’affaires trimestriel en augmentation de 19 %, et il n’y a toujours rien pour nous ! » La syndicaliste dénonce aussi l’ouverture du magasin de Pantin le dimanche, « malgré une absence d’autorisation de la préfecture », rapportant que la direction « se vante de préférer payer les PV de l’inspection plutôt que de fermer ce jour-là ».

« Y en a marre de travailler pour des salaires de misère, sans aucun avantage, renchérit - Catherine Jaouadi, déléguée CFTC. On revendique des petits avantages qui existent dans d’autres entreprises, la direction nous répond toujours non. Cette année, les salariés ont eu assez confiance pour se lancer dans l’action. »

sympathie des clients

Les grévistes revendiquent une prime de treizième mois, une augmentation de salaire, des réductions sur les achats dans le magasin, trois jours payés pour enfant malade, le paiement des trois jours de carence en cas de maladie, mais aussi le « respect des institutions représentatives du personnel et l’arrêt de la discrimination syndicale ». Les magasins en grève tournent au ralenti, avec les quelques salariés en CDD qui ne peuvent se joindre au mouvement. À Pantin, le magasin est fermé depuis le 2 mai. Les grévistes distribuent des tracts et font signer une pétition.

« Nous avons des réactions sympathiques des clients qui comprennent notre grève », dit Hortense Dufour. À Bobigny, le maire communiste Bernard Birsinger et la sénatrice Éliane Assassi ont encouragé les grévistes et leur ont fourni café et sandwichs, avant d’adresser un courrier à la direction de Fabio Lucci. En début de semaine, le PDG Lucin Urano a accepté d’ouvrir des négociations. « Mardi soir, il a opposé un non catégorique à la revendication du 13e mois, mais il s’est engagé par oral à accéder aux autres revendications, raconte Hortense Dufour, qui précise que les acquis seraient valables pour les 1 300 salariés de Fabio Lucci.

L’augmentation de salaire n’a pas été chiffrée. Pour l’instant ce ne sont que des promesses floues, nous attendons qu’il les porte par écrit et nous continuons la grève. »

le non de la direction

Hier après-midi, les représentants syndicaux devaient rencontrer de nouveau la direction, à la fois sur l’issue du conflit et pour les négociations annuelles obligatoires. « Je pense que la direction ne va pas faire de proposition sérieuse, elle veut laisser pourrir la situation », déplorait Hortense Dufour. Hier matin, les magasins de Saint-Denis et de Choisy-le-Roi se sont aussi mis en grève.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !