Liste des auteurs

Un article de Alain Faujas paru dans le Monde du 11 juin 2006

Fleurs de gazole

dimanche 11 juin 2006 par Alain Faujas

Le gouvernement Villepin et sa nouvelle marotte des biocarburants indiquent aux investisseurs qu’il est temps de spéculer sur la plante fourragère à fleur jaune fluo qui illumine nos champs : le colza.

On triture sa graine pour en tirer de l’huile qu’on mélange avec un soupçon de celle du tournesol. La mixture complète pour 5 % le gazole de nos pompes qui, du coup, devient " vert", s’appelle " biodiesel" et prétend contenir la facture pétrolière nationale et les émissions de gaz à effet de serre.

D’abord dédié à l’alimentation des gens et des bêtes, le colza se donne donc des airs pétroliers. Quelque 60 % des 4,5 millions de tonnes récoltées en 2005 en France ont une vocation alimentaire et 40 % non alimentaire.

Dans deux ans, la proportion sera inversée pour cause de biodiesel chéri du gouvernement et pour cause d’Allemagne, qui s’y est mise aussi et nous achète du colza comme jamais (790 000 tonnes en 2005).

Les prix commencent à s’en ressentir. En mars, la tonne de grains de colza sur le Matif, le marché à terme international de France, valait aux alentours de 220 euros ; la voici en route pour 260 euros.

"La demande non alimentaire - le carburant - pousse à la hausse, commente Philippe Tillous-Borde, directeur général de Sofiprotéol, l’établissement financier de la filière. Mais on peut se demander s’il n’y a pas des fonds qui interviennent sur les marchés, au risque de créer une bulle."

La filière s’est protégée " des accidents de marché" en contractualisant son approvisionnement avec des prix par campagne, soit 238 euros la tonne rendue à Rouen pour celle commençant en juillet.

Et pour le futur ? " Alors que les cours suivaient jusqu’alors les aléas des marchés alimentaires, ils sont maintenant calés sur le cours du gazole, répond M. Tillous-Borde. Si ce dernier demeure à 500 dollars la tonne, les oléagineux vont bien se tenir. A 350 dollars, les prix seront moins rémunérateurs."

Le tournesol devrait aussi succomber à la spéculation, puisqu’il est associé à la vocation énergétique du colza. A son tour, la palme devrait épouser les fluctuations des cours pétroliers, car son huile est un excellent carburant pour les diesels en mal de " vert".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !