Liste des auteurs

Un article paru dans Le monde du 29 octobre 2005

Fonction publique : les syndicats rejettent unanimement les propositions de M. de Villepin

samedi 29 octobre 2005

Les organisations syndicales ont réagi négativement aux annonces sur la fonction publique faites par le premier ministre, Dominique de Villepin, lors de sa conférence de presse, jeudi 27 octobre. Le chef du gouvernement s’est prononcé pour un déplafonnement des heures supplémentaires et pour l’élargissement du principe du rachat par l’employeur des jours de réduction du temps de travail (RTT) pour les fonctionnaires. Il a également souhaité accélérer la réduction des effectifs par le non-remplacement des départs à la retraite.

"Les annonces du premier ministre ne font que reprendre des thèmes réchauffés et tournent le dos à la fois aux revendications des personnels et aux besoins des services publics" , a estimé la FSU dans un communiqué. Pour l’UNSA- fonctionnaires, elles "manquent singulièrement d’ambition" et "ne correspondent en rien aux attentes des fonctionnaires" .

La CGT-fonction publique se dit "très insatisfaite" . "Le gouvernement reste sourd aux exigences portées par les organisations syndicales depuis des mois" , estime son secrétaire général, Jean-Marc Caron. "Il n’est pas question de revenir sur l’acquis qu’est la réduction du temps de travail et travailler plus pour gagner plus n’est absolument pas une réponse à la perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires ces dernières années. On est complètement à côté de la plaque" , a-t-il ajouté.

PROPOS "DÉMAGOGIQUES"

Force ouvrière (FO) considère que "l’Etat moderne décrit par le premier ministre s’éloigne à grandes enjambées de l’Etat républicain" . SUD-PTT, pour sa part, dénonce des propos "démagogiques" .

Pour Jacques Voisin, président de la CFTC, qui s’exprimait sur LCI, "le premier ministre a déplacé la question, qui est celle d’une vraie politique salariale dans la fonction publique". M. de Villepin a annoncé qu’il recevrait les organisations syndicales à partir du 7 novembre. La CFDT juge cependant que le dialogue social est le "grand absent" de l’action du premier ministre. "Qu’il soit question de temps de travail, de pouvoir d’achat, de service aux usagers ou d’un projet de mise en place d’une culture de résultat des services publics, le premier ministre semble ignorer le dialogue social et la négociation" , estime-t-elle.

Les syndicats se sont également montrés critiques quant à la proposition d’ouvrir les bureaux de poste et les guichets de Sécurité sociale ­ qui ne relève pas de la fonction publique ­ jusqu’à 20 heures une fois par semaine et le samedi matin dans certaines grandes villes. "Monsieur de Villepin semble ignorer que les bureaux de poste sont ouverts le samedi matin et que, dans les grandes villes, un nombre important ferme bien après 19 heures, compte tenu des files d’attente" , ironise la CGT-PTT, qui qualifie cette déclaration de "véritable provocation" .

SUD-PTT juge également "provocante" cette annonce, "alors que, dans nombre de communes, rurales et urbaines, les usagers s’organisent contre les réductions d’ouverture" . Le syndicat estime en outre que les expérimentations d’ouverture jusqu’à 20 heures menées dans deux bureaux de poste parisiens sont "loin d’être concluantes" .

L’UNSA Postes a critiqué, pour sa part, "la superficialité des propos d’un premier ministre qui parle en toute méconnaissance des dossiers qu’il aborde" . Le syndicat rappelle à son tour que "l’ouverture des bureaux de poste le samedi matin existe déjà de longue date, y compris dans les petites et moyennes communes" . ­ (AFP et Reuters.)

Avec AFP et Reuters

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !