Liste des auteurs

Un article de François-Xavier Bourmaud paru sur figaro.fr le 28 mars 2005

Fronde pour les salaires dans la grande distribution

lundi 28 mars 2005 par François-Xavier Bourmaud

Avis de gros temps sur la grande distribution. D’ordinaire plutôt tournées vers le pouvoir d’achat du consommateur, les enseignes du secteur vont devoir se pencher rapidement sur celui de leurs salariés. Du moins si les grèves engagées la semaine dernière, à l’appel de la CGT de la CFDT et de la CFTC dans les hypermarchés Carrefour se poursuivent (nos éditions du 26 et 27 mars). Et à plus forte raison si le mouvement prend de l’ampleur. Or Force ouvrière attend en embuscade. Si le syndicat a signé chez Carrefour l’accord salarial que contestent les autres organisations syndicales, ses ambitions demeurent intactes au niveau de la branche, où il est majoritaire.

Il garde en tout cas la date du 12 avril en ligne de mire. C’est ce jour-là que se tient une négociation sur les salaires avec la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD).

Initialement prévue pour 2006, cette réunion a été avancée d’un an après la manifestation, le 15 mars dernier, de près d’un millier de salariés d’une quinzaine d’enseignes devant le siège de la FCD. Avancement conforté par l’appel du gouvernement à négocier sur les salaires minimums dans les branches professionnelles. FO défendra deux revendications principales : la mise au niveau du smic de tous les salaires minimums et une révision complète de l’échelle des salaires. « Si la réunion du 12 avril échoue, il y aura alors un gros mouvement de grève sur l’ensemble des enseignes du secteur », prévient Dejan Terglav, secrétaire fédéral FO pour la grande distribution.

Mais la voie est étroite pour les enseignes. Confrontées à la redoutable concurrence des « hard-discounters », engagées dans le mouvement de baisse des prix initié par les mesures Sarkozy et inquiétées par la révision de la loi Galland, quasiment toutes subissent une forte pression sur leurs marges. Jérôme Bédier, le président de la FCD, a d’ailleurs déjà prévenu qu’il serait compliqué de résoudre une équation qui relève de la quadrature du cercle. « On ne peut pas nous demander à la fois de baisser les prix et d’augmenter les salaires », expliquait-il la semaine dernière. D’autant que dans la grande distribution, l’harmonisation des smics décidée après le passage aux 35 heures s’est déjà traduite par une augmentation de l’ordre de 17%.

Cette mobilisation des salariés de la grande distribution, dans un secteur pourtant peu porté sur la grève, illustre la montée en puissance des revendications sur les salaires. « C’est une première chez Carrefour, du jamais vu ! » notait d’ailleurs un syndicaliste CFDT après les grèves de la fin de semaine dernière. Un salarié du groupe n’avait même pas vu un tel mouvement depuis... vingt-neuf ans.

Pour désamorcer la grogne, le gouvernement a appelé les branches professionnelles à négocier et a annoncé des mesures sur la participation et l’intéressement.

Concernant la grande distribution, Gérard Larcher, ministre délégué aux Relation du travail, a lancé un chantier prioritaire sur le temps partiel subi. Selon une étude interne du ministère, le secteur emploierait 40% de femmes à temps partiel dont plus de la moitié souhaiterait travailler plus.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !