Liste des auteurs

Communiqué de presse de la FNME CGT du 6 octobre 2006

Fusion Suez-Gaz de France : tensions exacerbées autour de négociations qui tournent au désastre La CGT ne laissera pas faire !

dimanche 8 octobre 2006 par FNME-CGT

Tout devait se passer comme sur des roulettes. La lettre de griefs de Bruxelles, même longue de 200 pages, ne prêtait guère à conséquence.

Suez et Gaz de France devaient s’en sortir avec des concessions minimes. La France serait quasiment épargnée, les infrastructures gazières de Gaz de France et le parc nucléaire belge ne seraient pas touchés, faute de quoi, la fusion n’aurait pas lieu, foi de gazier.

C’était sans compter avec l’obsession de la Commission Européenne sur la concurrence, avec sa volonté de s’emparer de ce dossier pour attaquer les opérateurs historiques.

Ainsi, les tractations en cours ont déjà abouti à ce que Gaz de France accepte de filialiser les terminaux méthaniers et livre les futures capacités de ces terminaux aux concurrents. La Commission Européenne avance ainsi vers son objectif de démantèlement, avant même d’avoir mis sur la table une troisième directive qui devrait poser le principe de la séparation patrimoniale entre transport, production et distribution conduisant à l’éclatement de Gaz de France.

Ces tractations ont aussi abouti à ce que les deux groupes livrent à leurs concurrents 20 % de leurs contrats de long terme sous différentes formes, conformément au grief de la Commission portant sur l’existence d’une barrière à l’entrée des concurrents liée aux contrats de long terme.

Sur la question des tarifs réglementés politiquement plus sensible, Bruxelles attend patiemment le vote de la loi pour sortir du bois mais a clairement reproché l’existence des tarifs dans la lettre de griefs.

Enfin, le gouvernement belge vient d’obtenir une concession majeure de Suez sous la forme d’une cession de capacités de production nucléaire.

Ainsi, la "ligne rouge" serait franchie avec l’accord de celui là même qui l’avait fixée : M. MESTRALLET, mais sans celui de M. CIRELLI.

Et ce franchissement de ligne rouge est intervenu au moment opportun : le 4 octobre, soi au lendemain du vote de la loi en France et quelques jours avant d’importantes échéances électorales en Belgique.

Et ce n’est pas tout. Ces concessions au gouvernement belge ne sauraient clore le dossier puisque la Commission Européenne a sèchement rappelé que c’est à elle et à elle seule de négocier sur ce dossier sur lequel sa décision doit être rendue pour le 16 novembre.

La FNME CGT tient à exprimer son indignation devant les conditions scandaleuses dans lesquelles sont conduites ces négociations devant conduire à la fusion Suez-Gaz de France.

Comment justifier que des éléments majeurs aient été cachés aux Députés appelés à voter le 3 octobre et mis le lendemain devant le fait accompli de concessions importantes qui semblent scandaliser les dirigeants de Gaz de France eux-mêmes ?

Comment accepter plus longtemps que le sort du service public du gaz soit de plus en plus clairement mis entre les mains d’un groupe privé, Suez, qui au lendemain même du vote de la loi à l’Assemblée Nationale affiche sans retenue sa volonté de faire la loi seul dans le futur groupe en tenant la Direction de Gaz de France pour quantité négligeable ?

Les tensions qui montent entre les Etats-Majors de Suez et Gaz de France ne seront pas sans conséquences sur l’avancée du projet de fusion.

D’ores et déjà, la consultation du Comité Central d’Entreprise d’EDF-Gaz de France du 12 octobre est reportée ainsi que celle du Comité d’Entreprise Européen de Gaz de France du 17 octobre.

Ces éléments qui vont à l’’encontre des intérêts des citoyens et des industriels ne font que renforcer la CGT dans son engagement de défense du service public. Elle s’est engagée dans la réussite des manifestations interprofessionnelles du 14 octobre qui doivent marquer l’opposition massive et croissante des usagers à cette privatisation.

Interlocuteur : Jean-Pierre SOTURA : 01 56 93 26 80 ou 06 07 90 94 67

Contact Presse : Maurice MARION : 01 56 93 27 12 ou 06 72 75 20 96

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !