Liste des auteurs

Un article de Sébastien Ganet paru dans L’Humanité du 4 avril 2006

Fusions autour d’activités hautement stratégiques

mardi 4 avril 2006 par Sébastien Ganet
Télécoms . Après sa fusion avec Lucent, d’autres rapprochements d’Alcatel avec Thales et EADS pourraient créer un géant des télécoms, de l’espace et de la défense.

Poussées par la course aux dividendes, Alcatel et Lucent Technologies ont décidé de fusionner. Les deux groupes, respectivement français et américain, ont annoncé dimanche leur décision. La fusion donnera naissance au numéro deux mondial des infrastructures de télécommunications, avec pour objectif d’augmenter très vite la rentabilité de la nouvelle entité en commençant par réduire les coûts. D’après Serge Tchuruk, le PDG d’Alcatel, pour réussir dans les télécoms, il faut « être parmi les meilleurs dans l’innovation dans les produits » et « produire au coût le plus bas ».

Opération financière

Guidée par des principes de rentabilité financière, la fusion provoquera, selon les calculs des directions, des économies de 1,4 milliard d’euros par an, surtout les deux premières années. Une réduction d’environ 10 % de leurs effectifs est déjà prévue. Les deux entités comptent ensemble 88 000 salariés. Certaines sources indiquent que les réductions d’emplois devraient concerner surtout les États-Unis, où se trouvent le plus de « doublons d’activités ». Les syndicats se sont élevés contre ces projets. La CFDT s’oppose à la « logique » de la fusion « qui se fait encore au détriment des emplois ». Jean-Pierre Clavaud, délégué syndical central CGT, estime qu’il s’agit là d’une « opération purement financière ». « Comme 10 % du capital d’Alcatel est détenu par des fonds de pension nord-américains, c’est bien, contrairement à ce qui est annoncé, l’abandon d’un pan de l’industrie française à des capitaux basés outre-Atlantique », estime le syndicaliste.

Par ailleurs, Alcatel négocie son rapprochement avec le groupe français d’électronique de défense Thales dans le domaine des satellites. Ce rapprochement concerne également le géant européen de l’aéronautique et de la défense EADS. Ainsi se crée-t-il peut-être en ce moment un géant des réseaux de télécommunication, de l’espace, de l’aéronautique et de la défense. Thales a indiqué qu’il existait effectivement « plusieurs offres, notamment une offre du groupe européen EADS » et que « le conseil d’administration mardi va les examiner toutes, même si elles sont à un degré d’avancement différent ». Thales et Alcatel ont bouclé un accord prévoyant que le premier apportera son activité satellites au second et qu’en échange Alcatel prendrait environ 25 % des parts de Thales, contre 9,5 % actuellement. Alcatel serait alors le deuxième actionnaire de Thales, juste derrière l’État français. Ce dernier laisse donc émerger actuellement un nouveau conglomérat majoritairement privé. Même si les activités purement militaires devraient rester sous encadrements nationaux respectifs en France et aux États-Unis, il est légitime, à la lumière des expériences des années 1900-2000 (Vivendi, France Telecom, etc.) de s’interroger sur les risques provoqués par le rappr ochement d’activités aussi stratégiques.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !