Liste des auteurs

Article de Pierre-Henri Lab paru dans L’Humanité du 19 septembre 2006

GDF - Suez : Les arguments pro-fusion tombent à l’eau

mardi 19 septembre 2006 par Pierre-Henri Lab
GDF . Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour mettre en cause le projet du gouvernement.

Le projet de fusion GDF-Suez est de plus en plus contesté tant par les organisations syndicales que par les parlementaires, même quand ils appartiennent à la majorité. Ainsi dix députés UMP et UDF ont cosigné une proposition de loi visant à fusionner EDF et GDF.

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République où elles lui demandent « de préserver le rôle de la puissance publique dans un secteur aussi stratégique que celui de l’énergie et de refuser la privatisation de Gaz de France », les fédérations de l’Énergie CGT, FO, CFE-CGC et CFTC, rappellent que « le maintien de la souveraineté nationale dans le secteur de l’énergie est indispensable pour garantir la maîtrise durable de notre politique énergétique, et pour continuer à fournir à nos concitoyens une énergie de qualité, à des conditions qui préservent leur pouvoir d’achat ».

Au final, la perte de maîtrise publique pourrait être encore plus importante que prévue initialement. Ainsi, une partie des actionnaires de Suez juge le projet de fusion en l’état « inacceptable ». Emmenés par le président du fonds d’investissement américain Knight Vinke, Eric Knight, ils contestent les modalités d’échange d’actions et menacent de voter contre la fusion. Si d’aventure, le gouvernement cède à ce chantage, la part de l’État descendra en dessous des 34 % de la minorité de blocage.

Au cours de l’entretien qu’il a accordé hier à Europe 1, le président de la République, Jacques Chirac, ignore ces éléments et continue de défendre la privatisation de Gaz de France. « C’est un bon projet, conforme à nos intérêts », a-t-il estimé.

Jacques Chirac juge d’autant plus « nécessaire » la fusion avec Suez qu’il s’agit selon lui de doter la France d’« un pôle gazier au niveau de ses besoins ». Mais la probabilité que la fusion aboutisse à la constitution d’« un grand pôle gazier », comme l’affirme le chef de l’État, est nulle. Dans la droite ligne de la lettre de griefs, la commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, a récemment rappelé que le feu vert de la commission à la fusion est conditionné à « des cessions, des ventes aux enchères de volumes de gaz ». Il est donc d’ores et déjà établi que la fusion n’aboutira pas à l’addition des capacités gazières actuelles des deux groupes.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !