Liste des auteurs

Un article de Mina Kaci paru dans l’Humanité du 25 octobre 2005

GDF veut une hausse du prix du gaz

mardi 25 octobre 2005 par Mina Kaci
Selon le responsable de l’INDECOSA, une augmentation de 12 % aura bien lieu pour aligner le prix du gaz sur celui du marché européen.

Le propos sonne faux. Le ministre de l’Économie et des Finances, Thierry Breton, tente de rassurer du bout des lèvres : « On est en train de discuter. Rien n’est décidé, mais nous avons l’ambition que la hausse soit limitée pour les particuliers. » Une augmentation de 12 % des tarifs du gaz, au 1er novembre, semble pourtant bel et bien décidée par la direction de Gaz de France, qui entend la faire accepter par le gouvernement, ce dernier ayant déjà validé celle de 15,5 % en juin. Arnaud Faucon, secrétaire général de l’Association pour l’information et la défense des consommateurs salariés (INDECOSA-CGT), ne se fait aucune illusion sur les intentions ministérielles, d’autant, assure-t-il, que « les hausses progressives interviennent dans le cadre d’un alignement sur les prix du marché européen. C’est la déréglementation annoncée ni plus ni moins ».

L’augmentation de 12 % est censée traduire la progression des prix des produits pétroliers pour le premier semestre 2005. Or, explique le responsable de l’institut de consommation, « le fait d’indexer le prix du gaz naturel sur celui du pétrole est une mesure purement artificielle, puisque les circuits d’extraction et de distribution ne sont pas du tout les mêmes. Par ailleurs, les contrats passés avec les pays producteurs ont une durée de deux ans ». On sait de façon certaine que les conséquences seront redoutables pour les consommateurs, essentiellement pour les familles modestes, qui verront s’envoler leur facture énergétique. « La flambée du gaz, plus celle du carburant entraînent un changement d’attitude de la part des familles les plus en difficulté, affirme Arnaud Faucon. Elles sont obligées de compenser ces hausses en rognant sur les produits alimentaires de qualité. »

Particulièrement gêné par cette nouvelle augmentation des tarifs du gaz, Thierry Breton déclare que le gouvernement ne l’adopterait pas sauf si l’entreprise prenait en contrepartie des mesures « suffisamment fortes » pour réduire son impact, « notamment pour tous ceux qui ont des logements d’une surface inférieure ou égale à cent mètres carrés ». Une condition qui, selon le responsable de l’INDECOSA, concernerait une petite minorité d’abonnés. De plus, précise-t-il, « les mesures commerciales proposées par la direction de Gaz de France coûteront 120 millions d’euros à l’entreprise. À l’opposé, la hausse de 12 % permettrait de dégager 850 millions d’euros de marge bénéficiaire... Le choix est vite fait ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !