Liste des auteurs

REUTERS | 15.11.05 | 16:22

Gas Natural a franchi une étape vers le contrôle d’Endesa

mardi 15 novembre 2005
BRUXELLES/STRASBOURG (Reuters) - Le groupe espagnol Gas Natural a franchi une étape importante vers la prise de contrôle de son compatriote Endesa grâce à la décision annoncée par la Commission européenne selon laquelle l’examen de cette opération ne relève pas de ses compétences et sera donc confié à Madrid.

L’OPA hostile sur la compagnie d’électricité espagnole avait été lancée en septembre dernier pour un montant de près de 22 milliards d’euros.

"La Commission européenne a rejeté la plainte d’Endesa reprochant à Gas Natural de ne pas avoir notifié son projet de rachat à la Commission", écrit l’exécutif européen dans un communiqué.

Les analystes s’attendaient à ce que Bruxelles prête une oreille plus favorable que Madrid aux objections soulevées par Endesa, mais les règles européennes stipulent que les autorités nationales sont automatiquement compétentes si les deux tiers du chiffre d’affaires des sociétés impliquées dans un projet de fusion sont réalisés dans un pays donné.

Or, dans son communiqué, la CE fait valoir qu’en 2004 les deux groupes Gas Natural et Endesa ont réalisé en Espagne au moins 75% de leur chiffre d’affaires européen.

Après l’annonce de la décision de Bruxelles, l’action Endesa est montée jusqu’à 21,61 euros et elle affiche vers 15h00 GMT une progression de 0,19%, à 21,23 euros, tandis que Gas Natural perd 0,65% à 22,91 euros, un repli que des analystes expliquent par le fait que ce dernier pourrait avoir à relever le montant de son offre.

L’ACCORD ECHAPPE A LA COMPETENCE DE BRUXELLES

"Aux termes des règles existantes en matière de contrôle des fusions, la transaction projetée n’a pas de dimension communautaire", explique le commissaire à la Concurrence, Neelie Kroes, dans le communiqué publié par la CE.

Toutefois, Kroes devait s’adresser dans la journée à la Commission pour souligner la nécessité de modifier cette règle des trois quarts, en prenant justement pour exemple l’affaire Gas Natural- Endesa.

Le commissaire européen devait faire valoir que, compte tenu de l’interdépendance des économies nationales en Europe, "la règle des deux tiers semble exclure (..) les transactions de ce type qui ont un impact transfrontalier considérable."

La décision de Neelie Kroes constitue un revers pour Endesa, qui avait été jusqu’à proposer de changer de méthode comptable pour présenter des comptes qui rendraient nécessaire un examen du projet par l’exécutif européen.

"Plusieurs des ajustements proposés par Endesa ne se justifient pas" dans le cadre des règles européennes, écrit la Commission dans son communiqué, faisant notamment référence à l’élimination dans les comptes du produit correspondant à certains rabais et commissions.

Le ministre espagnol de l’Economie Pedro Solbes avait souhaité que son gouvernement assure lui-même l’examen du dossier alors que le Parti populaire, d’opposition, a dit redouter les risques que fait planer le projet sur la concurrence et préférer une analyse par les autorités européennes.

Gas Natural a pris l’engagement de revendre à Iberdrola, la deuxième compagnie espagnole d’électricité, des actifs d’une valeur estimé entre sept et neuf milliards d’euros si son OPA sur Endesa aboutit.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !