Liste des auteurs

L’Humanité | Sébastien Ganet le 16 février 2007

Générosité pour les actionnaires, avarice pour les salariés

vendredi 16 février 2007 par Sébastien Ganet
Les sociétés du CAC 40 se portent toujours aussi bien. Illustration par l’exemple de la Société générale : les dividendes sont en hausse de 16 % mais les salaires ont été augmentés de 2 %...

La Société générale publiait hier ses comptes annuels. Sans atteindre les performances de 2005, le bénéfice net ressort tout de même à 5,2 milliards d’euros, soit une progression de près de 19 %. La progression est moitié moins forte que l’année précédente : le bénéfice net avait augmenté de plus de 35 %. De même, le dividende qui sera servi aux actionnaires sur la base des résultats 2006 est en augmentation de 16 %, contre + 36 % un an plus tôt. Les analystes, attendant de meilleurs résultats, ont sanctionné le titre qui se repliait à 135,60 euros l’action en milieu d’après-midi, en baisse de 2,87 % par rapport à la clôture de la veille.

La Bourse de Paris devrait pourtant être rassurée. Si une donnée reste bien constante, il s’agit certainement de l’évolution des salaires. Les négociations annuelles obligatoires à la Société générale, validées par les 5 syndicats représentatifs, entérinent une évolution salariale de 2 %. Répartie en deux éléments, l’évolution est d’abord basée sur une augmentation dite « pérenne » de 550 euros par an pour les salaires annuels inférieurs à 26 000 euros, et de 400 euros pour les salaires supérieurs. Une prime de 220 euros est également attribuée pour l’ensemble des salariés. L’évolution salariale de 2 % est à mettre en parallèle avec une évolution générale des prix de 1,6 % en 2006 par rapport à 2005. Le niveau d’inflation général masque toutefois des disparités jouant en défaveur des salaires modestes, avec notamment une augmentation de 4,4 % des prix des produits frais ou de 3,6 % des loyers et de l’eau. Les salariés du secteur bancaire, notamment dans la banque de détail, connaissent de très faibles variations de leurs salaires réels tout en dégageant des gains de productivité très importants. À la Société générale, de tels gains se lisent d’une part au travers du « coefficient d’exploitation », rapportant l’évolution des « frais généraux » au « produit net bancaire » (PNB, c’est-à-dire la richesse créée dans l’entreprise). Avec un « PNB » en augmentation d’environ 16 %, à 22,4 milliards d’euros, et des « frais de gestion » en augmentation seulement de 12 % à 13,7 milliards, le coefficient d’exploitation diminue une nouvelle fois, passant de 63,4 % à 61,1 %. En sept ans, le coefficient d’exploitation a été ramené de 72,6 % à moins de 62 %, soulignant les gains de productivités dégagés par le personnel.

Le même constat peut être fait à partir du résultat brut d’exploitation, mesure approximative du profit, rapporté aux effectifs. Il est passé de 70 000 euros par salarié en 2005 à 75 000 euros par salarié en 2006. Son montant était de 48 000 euros en 2000. La rentabilité dégagée pour les actionnaires, mesurée par le ROE (Return on Equity, soit la rentabilité des fonds propres), reste extrêmement élevée à 25,8 %.


Seul le dividende compte

En 2006, les bénéfices n’augmentent pas autant qu’en 2005. Mais les groupes maintiennent les dividendes en hausse et les salaires à plat.

Sept entreprises du CAC 40 ont publié leurs résultats hier et mercredi soir. Après avoir tutoyé les 7 626 points mercredi, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis février 2001, l’indice phare de la Bourse de Paris évolue au rythme des publications. Danone a annoncé hier un bénéfice net pour 2006 de 1,35 milliard d’euros, en recul d’environ 7 % par rapport à l’année précédente. En 2005, le groupe de l’industrie agroalimentaire avait aligné la plus forte hausse du bénéfice parmi les groupes du CAC 40, soit une augmentation de 226 %, prenant en compte toutefois des moins-values de cessions en 2004. En maintenant plus ou moins son niveau de l’année dernière (c’est-à-dire hors éléments exceptionnels), Danone a séduit les analystes qui ont recommandé le titre à l’achat. La progression annoncée de 17,7 % du dividende par action, à 2 euros, a contribué hier à placer l’action Danone dans un courant acheteur, avec une hausse du titre de 5 % en séance. De même, l’action Michelin progresse de plus de 5 %, malgré un repli du bénéfice net de 35,5 % mais avec une proposition de 7,4 % d’augmentation du dividende (à 1,45 euro). LVMH et Capgemini ont également vu leurs titres augmenter. LVMH a publié un bénéfice net en augmentation de plus de 30 %, à près de 2 milliards d’euros. Les dirigeants du groupe de luxe ajoutent qu’ils attendent « une croissance significative » des résultats en 2007, tout en déclarant pouvoir doubler le bénéfice sur les cinq prochaines années sans procéder à des acquisitions. Le groupe de services informatiques Capgemini augmente sensiblement sa rentabilité interne (+ 7 %) et son chiffre d’affaires (+ 8 %), sous la pression des marchés, après plusieurs années de pertes et de restructurations.

En revanche, le secteur bancaire était attaqué hier. L’action BNP-Paribas affichait la plus forte baisse de l’indice CAC 40 (3,6 %) après la publication de ses résultats. La banque a pourtant dégagé un bénéfice net en hausse de 25 %, de 7,3 milliards d’euros en 2006, soit un des plus gros bénéfices du CAC 40 après celui de Total notamment. Comme pour la Société générale, la rentabilité financière est maintenue à un haut niveau, à 21 % en 2006, contre 20 % un an plus tôt. Le dividende est proposé en augmentation de plus de 19 %, à 3,10 euros par action, contre une hausse de 30 % un an plus tôt. Des mouvements sociaux, notamment au siège parisien de la banque, ont lieu depuis le début de l’année autour d’une revendication d’augmentation pérenne des salaires. Malgré 20 000 signatures recueillies pour soutenir la revendication salariale de l’intersyndicale, la direction de la BNP-Paribas, jusqu’à fin janvier, ne proposait que le versement d’une prime de 775 euros à tous les salariés au titre des résultats 2006, à percevoir en 2007.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !