Liste des auteurs

Propos recueillis par Yves housson et Clotilde Mathieu | L’Humanité du 28.08.2008

Hausse des salaires, une arme contre la récession ?

samedi 30 août 2008 par Yves Housson, Nasser Mansouri-Guiliani, Eric Heyer, Clotilde Mathieu

Entretiens croisés avec Nasser Mansouri-Guilani, économiste à la CGT et Éric Heyer, directeur adjoint du département analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques.

En matière de pouvoir d’achat, le gouvernement vante surtout le bilan de la loi TEPA sur les heures supplémentaires. Comment l’appréciez-vous ?

Nasser Mansouri-Guilani. L’exonération des cotisations sur les heures supplémentaires a été introduite au nom de la revalorisation du travail. Or lorsqu’on exonère les heures sup, on dévalorise le travail. Car les cotisations font partie du salaire. Donc, si on dit : si vous voulez gagner plus, il faut que vous acceptiez une baisse de cotisations, on dit clairement qu’on va dévaloriser votre travail. D’autre part, cette mesure est contre-productive parce qu’elle revient à donner aux employeurs la possibilité d’avoir plus de temps travaillé pour le même emploi. On va donc pénaliser l’emploi. Au lieu d’embaucher, les entreprises vont recourir à des heures sup qui coûteront moins cher. Les dernières statistiques le confirment : elles montrent une hausse des heures sup et en même temps un recul de l’emploi.

Eric Heyer. Je porte une appréciation mitigée. Il est toujours difficile de savoir si la loi TEPA a atténué ou accentué le ralentissement. En tout cas, ces mesures n’ont pas permis à la France de passer au travers du ralentissement économique. La France est touchée de la même manière, voire même un peu plus, que la moyenne des autres pays européens. Avec le dispositif en faveur des heures supplémentaires, il ne fallait pas s’attendre à une augmentation forte de celles-ci. Tout simplement parce que les heures supplémentaires coûtent plus chers, qu’une heure normale et même, aujourd’hui dans certains cas de figure, leur prix est encore plus élevé qu’avant la mise en place du dispositif. De fait, le comportement des chefs d’entreprise n’allait pas trop varier surtout avec une conjoncture défavorable. Ce n’est donc pas avec les heures supplémentaires qu’on va redonner plus de pouvoir d’achat aux ménages.

L’augmentation des salaires est-elle un moyen pour relancer la croissance économique et améliorer le pouvoir d’achat des Français ? Et, selon vous, y a-t-il alors le risque d’enclencher une spirale inflationniste ?

Nasser Mansouri-Guilani.

Le vrai problème de pouvoir d’achat en France, ce n’est pas la hausse des prix mais la faiblesse des salaires et la hausse de la part des dépenses incompressibles dans le budget des ménages. Le dogme de la BCE, la stabilité des prix, est contre-productif. Au nom de la lutte contre l’inflation, le gouverneur de la BCE s’opposait à une hausse des salaires, et nous sommes maintenant dans une situation, où, malgré la faiblesse des salaires, l’inflation part à la hausse, et pas seulement parce qu’il y a hausse du prix des matières premières. Là, on voit très bien qu’on ne peut uniquement fonder la politique monétaire sur l’objectif de la stabilité des prix, qui conduirait à pénaliser l’emploi.À aucun moment, depuis au moins un quart de siècle, dans le discours dominant, on accepte une hausse des salaires. Mais dans la relation entre les coûts de production et les prix, il n’y a pas seulement les salaires et les coûts des matières premières : Il y a aussi le coût du capital, qui est énorme en France que ce soit sous forme de dividendes versés aux actionnaires, ou sous d’autres formes de prélèvements financiers. Les statistiques montrent que le taux de marge des entreprises ne s’affaiblit pas, de même que les profits, et pas seulement ceux du CAC 40.

D’autre part, les derniers chiffres de l’INSEE indiquent que la demande intérieure, principalement constituée de la consommation des ménages et de l’investissement des entreprises, est très faible (moins 0,1 % au deuxième trimestre 2008). Ce problème de demande intérieure explique la baisse du PIB de 0,3 % au deuxième trimestre. Pour améliorer la situation, il faut augmenter les salaires. Cela permet de relancer la demande et, à ce moment-là, les entreprises auront la possibilité d’augmenter leur investissement : les entreprises ne produisent pas s’il’y a pas suffisamment de demande.

Éric Heyer. Le ralentissement que l’on connaît en France et même en Europe est dû à 80 % à un regain d’inflation découlant de l’augmentation du prix du pétrole et des denrées alimentaires. Dans la mesure où les salaires n’augmentent pas suffisamment, il y a une perte de pouvoir d’achat qui se traduit par une consommation qui est complètement atone en ce début 2008. Il s’agit donc d’un choc inflationniste absorbé complètement par les ménages. Or la consommation était jusqu’ici le principal moteur de la croissance. Si les salaires avaient progressé à hauteur de l’inflation, le pouvoir d’achat n’aurait pas été impacté de la même manière et la consommation aurait pu rester le moteur de croissance. L’augmentation aurait été une réponse pour passer tranquillement ce ralentissement conjoncturel. Mais en même temps cette amélioration salariale aurait créé une spirale inflationniste plus importante, dans la mesure où les entreprises auraient répercuté l’augmentation des salaires dans les prix. En toute logique ou dans le meilleur des mondes, il aurait fallu que le regain d’inflation se traduise par une augmentation des salaires et une diminution des marges des entreprises. De cette manière, il n’y aurait pas eu d’effet de second tour de l’inflation, ni de dégradation du pouvoir d’achat. D’un point de vue macroéconomique, quand on regarde les chiffres, les marges des entreprises ne sont pas si détériorées. Dans ce contexte, on aurait pu envisager que les entreprises tapent dans leurs marges pour maintenir des prix de production inchangés.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !