Liste des auteurs

BERTRAND BUSSIERE | La voix du Nord du 12 mai 2013

Hornaing : le 15 mai, grand meeting de la CGT sur le site de la centrale thermique

lundi 13 mai 2013 par BERTRAND BUSSIERE
« Non à la régression sociale ! » Ce cri du cœur est poussé par la CGT qui, mercredi 15 mai, organise un meeting sur le site de la centrale thermique d’Hornaing. Des militants de plusieurs entreprises seront là et entre cinq cents et mille personnes sont attendues. L’invitation vaut aussi pour les habitants du Douaisis et au-delà qui s’inquiètent de la fermeture du site, de l’agonie de la gare de triage de Somain,etc.

Le 15 mai, à 11 heures, ils se saouleront de mots. Le champagne, ce sera pour le jour où ils gagneront le combat judiciaire qui les oppose à E.ON, l’actionnaire allemand de la SNET, exploitant de la centrale thermique d’Hornaing.

Mercredi, à partir de 11 heures, la centrale de Montreuil envoie à Hornaing (« sur le site », précise Dominique Ben, responsable régional CGT de la politique industrielle) des ténors : Virginie Gensel, secrétaire générale de la Fédération nationale Mines-Énergie ; Loïc Delpech, délégué syndical central de la SNET, Didier Delaporte, responsable de la coordination régionale Mines-Énergie… Pour la CGT, « Ce qui se passe dans les centrales de la SNET, ce n’est ni plus ni moins que le premier plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) dans les industries électriques et gazières françaises (IEG) » depuis qu’existe le statut (1946). Un mauvais signal donné aux 140 000 agents au statut IEG, selon le syndicat.

Les ténors syndicaux ne prêcheront pas dans le désert. « Nous attendons cinq cents à mille personnes », dit Dominique Ben. De tous univers. Bien sûr, il y aura les salariés de la centrale, heureux de l’arrêt du 3 mai rendu par la cour d’appel de Douai et qui ordonne la poursuite de l’activité. À cet égard, la CGT a réitéré auprès de Dominique Bur, préfet de région, sa demande de réquisition du site. Il y aura aussi les « copains » des centrales de Gardanne, Lucy et des entreprises alentours en butte avec leur direction (gare de triage de Somain) ou inquiets, à tort ou à raison, pour l’avenir de projets industriels prévus de longue date (centrale de Bouchain, Saint-Gobain Glass, Saint-Gobain Sekurit Aniche).

Un autre invité, associatif mais lié à la CGT, sera là : Indecosa. L’association pour l’information et la défense des consommateurs-CGT sera représentée par Marie-Pierre Lenglet. « Les associations de défense telles que la nôtre doivent être auprès des salariés en lutte. En maintenant en vie la centrale, on contribue au fait que l’énergie ne soit pas un produit de luxe. Il faut savoir que 20 % des familles vivent en situation de précarité énergétique », dit-elle. Et les présidents des communautés de communes Cœur d’Ostrevent et Porte du Hainaut ont été conviés.

« Le conflit social à la centrale thermique montre qu’il est nécessaire d’avoir un contrôle et une dominance publique dans certaines activités, notamment de l’énergie, mais aussi du transport, de l’éducation, de la santé ou encore du logement », écrit la CGT dans un tract distribué dans les entreprises et à la population. Et le syndicat ne veut pas s’arrêter là : « Notre volonté est de montrer que nous voulons nous réapproprier le site. Car nous, CGT, avons des projets industriels », disent Dominique Ben et Roger Caïola, secrétaire du CHSCT de la centrale.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !