Liste des auteurs

Un article de Fanny Doumayrou paru dans L’Humanité du 5 décembre 2005

« Il n’y a pas de boulot, tout le problème est là ! »

lundi 5 décembre 2005 par Fanny Doumayrou
Chômeurs . Deux mille personnes ont manifesté samedi à Paris contre le chômage, alors que le gouvernement multiplie les sanctions.

La baisse du chômage affichée par le gouvernement, ils n’y croient pas. Samedi après-midi, le message était clair dans les rangs de la manifestation parisienne désormais traditionnelle contre le chômage et la précarité, à l’appel des organisations de chômeurs AC !, APEIS, MNCP et CGT chômeurs, qui a rassemblé deux mille personnes du métro Château-Rouge à la place de Clichy. « Tout est fait pour faire baisser le chômage sur le papier, mais il n’y a pas de réelle baisse, proteste Annie Thomas, responsable de AC ! à Liévin, dans le Pas-de-Calais. La plupart des emplois créés sont des contrats d’accompagnement vers l’emploi (CAE). La région Nord-Pas-de-Calais fait des CAE à 20 heures par semaine au lieu d’un temps plein, pour en faire plus ! Les chômeurs acceptent pour avoir une dignité, mais ils ne peuvent pas vivre avec ça ! Le gouvernement multiplie les contrôles, il nous rend coupables de notre situation, alors que nous sommes des victimes ! » Sophie, ancienne recalculée et cocréatrice d’un site Internet consacré au chômage [1], s’insurge : « Personne ne le dit, mais il n’y a pas d’offres d’emploi, pas de boulot, tout le problème est là ! C’est de l’escroquerie intellectuelle de dire qu’il nous suffit de chercher ! En 2000, il y a eu plus de 500 000 créations nettes d’emplois, mais, en 2003, le solde était négatif de 75 000 emplois et cette année on atteindra péniblement les 50 000 créations, alors qu’il y a plusieurs millions de chômeurs. Je suis au chômage depuis quatre ans. L’ANPE ne m’a jamais convoquée ni proposé un emploi ! »

Dans le cortège défilaient également des membres de la Coordination des intermittents et précaires, des collectifs de sans-papiers, le collectif des professeurs non titulaires de l’éducation nationale mis à la porte en septembre, qui campent depuis le 17 octobre devant le rectorat de Créteil. Côté politique, étaient présents des militants du PCF, de la LCR, de LO et de la CNT. « Il est urgent de se battre contre ce gouvernement qui montre du doigt les chômeurs, qui multiplie les sanctions pour faire baisser les chiffres du chômage, estime Jacques Daguenet, conseiller de Paris (PCF). Il est aussi urgent d’indemniser les chômeurs à un autre niveau et d’avancer vers une sécurité d’emploi et de formation. » La manifestation visait à peser sur les négociations UNEDIC, ouvertes le 8 novembre dernier, et au cours desquelles le MEDEF veut imposer une réduction des durées d’indemnisation. « Si on n’est pas capable de se mobiliser face à cette attaque, les chômeurs mais aussi les salariés sont menacés, lance Philippe Villechalane, président de l’APEIS. Quand on baisse l’indemnisation, on pèse sur les salaires et les conditions de travail, tout le monde est concerné. » Le militant s’insurge contre l’annonce du gouvernement de donner des possibilités d’hébergement aux SDF qui travaillent. « Ça veut dire que quand on est au chômage, on a le droit de crever ? »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !