Liste des auteurs

Grégoire Allix | Le Monde du 08.09.2010

Il y a de l’électricité dans l’air pour les compteurs "verts"

mercredi 8 septembre 2010 par Grégoire Allix

La mise en oeuvre de réseaux "verts" d’électricité en France démarre dans la polémique. La publication au Journal officiel, le jeudi 2 septembre, d’un décret qui rend obligatoire, à partir de 2012, les compteurs communicants dans les logements neufs, provoque une levée de boucliers. Ces boîtiers sont une pièce maîtresse des réseaux intelligents, présentés comme la panacée pour économiser l’énergie et intégrer les sources renouvelables. 80 % des compteurs en Europe devront être communicants en 2020. A terme, il y aura en France 35 millions d’appareils à changer.

Les nouveaux boîtiers transmettent en temps réel à l’abonné, au producteur et au distributeur le détail des consommations, permettant, en théorie, une économie de 10 % à 15 %, une gestion fine du réseau et sa maintenance à distance. Un modèle idéal ? Pas pour tout le monde. L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a dénoncé lundi le "passage en force du gouvernement", et a été rejointe par la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie et la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies.

Pourquoi une telle fronde ? D’abord parce que l’expérimentation du système baptisé Linky, menée à Tours et à Lyon depuis mars par ERDF, la filiale réseau d’EDF, est loin d’être concluante. "La pose des 300 000 compteurs a pris beaucoup de retard et révèle des difficultés de transmission des données et une tendance à disjoncter un peu facilement", indique Caroline Keller, de l’UFC.

Surtout, les associations consultées par la Commission de régulation de l’énergie avaient obtenu que le test dure jusqu’en mars 2011 pour inclure les pics hivernaux. Or "le décret arrête ce test le 31 décembre ; l’Etat impose une généralisation précipitée, sans vrai bilan", regrette Mme Keller.

"Pas de gain réel"

Selon les associations, le compteur Linky, tel qu’il est conçu, n’a d’avantages que pour ERDF, pas pour les consommateurs, qui porteront seuls le coût du matériel (entre 120 et 240 euros). En Italie, les compteurs (80 euros pièce) ont été financés par l’opérateur Enel.

Le prix "n’excédera pas un ou deux euros par mois sur dix ans, soit un montant très inférieur aux gains générés par les économies d’énergie", assure ERDF. A voir : "Contrairement à l’engagement du Grenelle, Linky ne permet pas à l’abonné de suivre sa consommation s’il ne paie pas un boîtier supplémentaire ; il n’y aura donc pas de gain réel", selon l’UFC, qui demande, pour le vérifier... la prolongation de l’expérimentation.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !