Liste des auteurs

NOUVELOBS.COM | 06.05.05

Iter : Paris annonce un accord

vendredi 6 mai 2005
Le ministre délégué à la Recherche François d’Aubert a annoncé jeudi la conclusion d’un accord technique entre la Commission européenne et le Japon qui pourrait conduire le Japon à abandonner l’idée d’accueillir le réacteur nucléaire sur son sol l’idée d’accueillir le réacteur nucléaire sur son sol

Le ministre français délégué à la Recherche, François d’Aubert, a annoncé jeudi 5 mai un "accord technique conclu aujourd’hui (jeudi) à Genève" entre la Commission européenne et le Japon sur le dossier du réacteur de fusion nucléaire Iter.

"Cet accord équilibré pourrait conduire le Japon à décider de devenir le pays non hôte du réacteur. Si tel en était le cas, la France accueillerait donc le réacteur Iter à Cadarache dans les Bouches-du-Rhône. La conclusion est proche", s’est réjoui le ministre français dans un communiqué.

Accord conclu

L’émissaire du gouvernement sur le projet Iter, Pierre Lellouche, avait indiqué jeudi sur RTL que d’"après ce qu’(il) savait, l’accord était conclu" sur l’implantation du réacteur de fusion nucléaire Iter à Cadarache (Bouches-du-Rhône).

"D’après ce que je sais, l’accord en effet est conclu et devrait être finalisé et annoncé dans les semaines qui viennent", a assuré le député UMP.

Selon Pierre Lellouche, "des compensations d’ordre industriel sont prévues qui devraient permettre aux Japonais de se tirer avec honneur de cette affaire, où ils étaient de plus en plus isolés au fil des mois".

Parlant d’un programme "énorme", il a ajouté que le site japonais était "moins bon que l’option proposée par la France et l’Union européenne".

En revanche, selon la Commission européenne, l’UE et le Japon ont eu jeudi à Genève une réunion "très constructive" sur la localisation d’Iter, mais l’accord n’a pas encore été conclu sur le choix de Cadarache. Ces discussions portent en fait sur les compensations que pourrait attendre Tokyo si le site européen accueillait le prototype.

Traitement préférentiel

Selon la presse japonaise, le Japon devrait recevoir "un traitement préférentiel" en ce qui concerne les commandes de matériaux de construction. La réunion rassemblait jeudi Achilleas Mitsos, directeur général Recherche à la Commission et le chef négociateur japonais pour Iter, Tetsuhisa Shirakawa. Les deux camps s’opposent depuis des mois sur le choix du site d’Iter.

Dans cette âpre compétition, l’UE se bat, avec le soutien des Russes et des Chinois, pour le site de Cadarache. Les Japonais, qui bénéficient de l’appui des Etats-Unis et de la Corée du sud, défendent chez eux celui de Rokkasho-mura.

Mardi sur France 2, le président Jacques Chirac avait annoncé que la France était "sur le point d’obtenir l’implantation" d’Iter dans les Bouches-du-Rhône. "On l’aura à Cadarache !", avait-il lancé. Iter, un réacteur qui vise à apporter à terme une solution de rechange à la fission nucléaire en maîtrisant la fusion de noyaux d’atomes, est un projet estimé à 10 milliards d’euros sur 30 ans, dont 4,57 milliards d’euros pour la seule construction du réacteur qui doit durer dix ans.

La construction d’Iter doit démarrer d’ici à la fin de l’année.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !