Liste des auteurs

Un article de Cécile Calla paru dans Le Figaro du 31 mars 2006

L’Allemagne lance la réforme de son système de santé

vendredi 31 mars 2006 par Cécile Calla
SOCIAL Un projet de loi est attendu pour l’été. Le déficit des caisses publiques d’assurance-maladie est estimé entre huit et dix milliards d’euros début 2007.

POUR le gouvernement d’Angela Merkel, ce sera la réforme test. La refonte du système de couverture maladie constitue, avec la lutte contre le chômage, le plus important chantier de la grande coalition. Berlin a décidé de s’y atteler en donnant cette semaine le coup d’envoi d’une série de pourparlers, devant aboutir cet été à un projet de loi. Pour fixer les grands principes de cette vaste réforme, la chancelière a convoqué mercredi soir le vice-chancelier Franz Müntefering (SPD), les chefs des partis CDU, CSU et SPD, ainsi que les présidents des fractions parlementaires CDU, CSU et SPD.

L’évolution démographique et le progrès médical ont fait déraper les dépenses de santé qui atteignent désormais 239,7 milliards d’euros, soit 11,3% du produit intérieur brut (PIB). Selon une étude de l’Institut pour l’économie et la société, en l’absence de restructurations des systèmes d’assurances, les cotisations sociales pour la santé et l’allocation dépendance atteindront 25 à 30% des salaires en 2050, contre 13,3% aujourd’hui.

Hémorragie financière

Pour limiter la hausse des coûts, le précédent gouvernement de Gerhard Schröder avait introduit un ticket modérateur de 10 euros par trimestre et réduit le remboursement de certains médicaments sans toucher à la structure du système de santé. Mais l’hémorragie financière des caisses d’assurance-maladie rend désormais la réforme incontournable.

Selon les experts, les caisses publiques d’assurance-maladie auront à combler un trou compris entre 8 et 10 milliards d’euros d’ici à début 2007, ce qui représenterait une hausse de près d’un point de la cotisation maladie. En décidant d’augmenter en 2007 la TVA sur les médicaments, et de réduire la subvention versée aux caisses de retraite, le gouvernement allemand a lui-même partiellement aggravé la situation des caisses d’assurance-maladie. Aussi comme le résume Peter Ramsauer, président de la fraction parlementaire CSU, le slogan est « à l’économie, l’économie et encore l’économie ».

Difficile compromis

Mais en la matière, le compromis sera laborieux à trouver. « Il n’y a pas de sujet plus difficile que celui-là » concédait mercredi Angela Merkel lors d’un débat au Bundestag. Alors qu’ils sont parvenus à se mettre d’accord sur d’autres dossiers, la CDU-CSU et le SPD semblent cette fois irréconciliables. D’un côté, les chrétiens démocrates plaident pour l’instauration d’une prime fixe payée par l’assuré et un blocage de la part patronale pour découpler les cotisations du coût du travail. De l’autre, les sociaux-démocrates souhaitent introduire une « assurance citoyenne » en supprimant les privilèges des caisses d’assurances privées et en ponctionnant les loyers et les revenus du capital. Une troisième voie serait de mettre en place d’une miniprime fixe pour permettre une légère baisse des cotisations. Mais pour l’instant, cette hypothèse relève plus de la rumeur que d’un projet concret.

Seule certitude, le gouvernement souhaite appliquer la réforme de la santé au 1er janvier prochain. La grande coalition entame un fameux marathon.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !