Liste des auteurs

PIERRE BOCEV | Le Figaro le 10 avril 2007

L’Allemagne se dote d’une centrale électrique propre

mardi 10 avril 2007
Un laboratoire expérimental a été inauguré dans le Brandebourg par Vattenfall, un des grands producteurs d’électricité.

LA TECHNOLOGIE en est encore à ses débuts, mais elle est à coup sûr prometteuse. Vattenfall, l’une des quatre « majors » de la production d’électricité en Allemagne, vient d’inaugurer une installation expérimentale pour l’utilisation du lignite sans émissions de CO2 dans l’atmosphère. De quoi faire un grand pas en avant dans la lutte contre le réchauffement climatique, le jour où le processus sera techniquement au point et commercialement exploitable.

La création de ce laboratoire test à Jänschwalde dans le Brandebourg devrait conduire à la mise en service d’une petite centrale capable de produire 30 mégawatts (MW) de chaleur dès 2008 et au prix d’un investissement de 70 millions d’euros. C’est peu par rapport aux 1 000 MW fournis par une centrale classique au lignite. Mais le patron de Vattenfall, Klaus Rauscher, vise une installation pilote plus puissante de 300 MW vers 2012 et assure que la technologie sera commercialisée à large échelle à partir de 2020.

Le processus retenu dit de l’oxyfuel consiste à séparer le CO2 libéré dans la combustion du lignite et de le liquéfier à très haute pression pour un stockage souterrain. Le problème principal, c’est qu’aucun site idoine n’a encore été trouvé. Mais l’institut de géophysique de Potsdam a entamé il y a deux mois des forages expérimentaux à Ketzin, dans le Brandebourg, et espère prouver qu’un tel enfouissement est à la fois possible et sûr. Seule une preuve concluante permettrait de commercialiser le processus, estime Eberhard Schaller, un physicien de l’université de Cottbus qui est associée au projet de Vattenfall.

Greenpeace reste sceptique

Klaus Rauscher assure que « l’ensemble de notre parc de centrales fonctionnera sans émission de CO2 dès que ce sera possible juridiquement, techniquement et économiquement ». Ses concurrents de RWE sont engagés dans des travaux comparables. Les expériences sur le stockage du CO2 sont en partie financées par le sixième programme-cadre de recherche de l’Union européenne qui y consacre 70 millions d’euros.

Les écologistes ne sont pas convaincus. Greenpeace notamment estime que la piste de la liquéfaction et du stockage conduit à une « impasse » dans la mesure où elle ne s’attaque pas à l’origine des émissions de gaz et risque ainsi d’inciter à minimiser le problème.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !