Liste des auteurs

Un article paru dans Le Figaro du 9 mars 2006

L’Allemagne veut remettre ses seniors au travail

jeudi 9 mars 2006

LE GOUVERNEMENT allemand veut inciter les entreprises à maintenir le plus longtemps possible l’activité des salariés de plus de 50 ans. Actuellement, seuls 42% des hommes âgés de plus de 55 ans sont encore en activité et seul un salarié sur trois prend sa retraite à 65 ans, l’âge officiel de départ à la retraite.

Ce dispositif intitulé « Initiative 50 et plus » prévoit le réaménagement de mesures déjà existantes telles que la prise en charge par l’Etat de la formation continue ou la suppression des cotisations chômage lorsque l’entreprise embauche un chômeur âgé de plus de 55 ans. De nouveaux instruments doivent également être créés. L’une des pistes évoquées par le ministre du Travail Franz Müntefering (SPD) concerne le « salaire combiné ». L’Etat verserait un complément de salaire pour inciter les entreprises à embaucher des quinquagénaires au chômage. Autre option possible, la réorganisation des dispositifs de préretraite pour inciter les entreprises à garder le plus longtemps possible leurs salariés âgés. A l’image de l’augmentation de l’âge de la retraite de 65 à 67 ans à partir de 2012 - la décision a été prise par le gouvernement début février -, « Initiative 50 et plus » doit contribuer à garantir l’avenir des retraites. « La société doit prendre conscience que les salariés âgés sont aussi performants que les jeunes », souligne le ministère du Travail.

Des retraites moins copieuses

D’autant que la situation des systèmes de retraites reste très tendue selon un rapport du gouvernement publié hier. Première nouvelle, les retraités verront le niveau de leurs pensions stagner jusqu’en 2009 et n’augmenter que modérément après 2012. Le gouvernement Merkel a dû également revoir à la baisse ses pronostics de montant des retraites. Le rapport prévoit un revenu de 1 180 euros en 2009. Une décennie plus tôt, le gouvernement allemand tablait sur 1 510 euros. Plus grave, les retraites qui atteignent aujourd’hui 52,7% du salaire net moyen ne représenteront plus que 46,3% du salaire net moyen en 2019. Autre mauvaise nouvelle, la cotisation retraite doit passer de 19,5 à 19,9% en 2007 avant de baisser à 19,4% d’ici à 2014. Par ailleurs, l’Etat devra décider en 2007 s’il est nécessaire d’augmenter le montant de sa subvention versée aux caisses de retraites. « Cela dépendra de l’évolution des salaires et donc de la croissance économique en 2007 », a expliqué Franz Müntefering.

Pour sécuriser le niveau de vie des retraités, le ministre souhaite également développer les régimes de retraites complémentaires. Le régime général doit continuer à former « le coeur de la couverture vieillesse » mais les assurances privées sont amenées à jouer un rôle croissant. Près de 15,7 millions de personnes, soit 60% des salariés, bénéficient d’une retraite d’entreprise. De même, la retraite Riester, assurance-vieillesse complémentaire créée en 2001, compte d’ores et déjà 5,6 millions de cotisants. Dans ce dernier segment, le gouvernement souhaite à l’avenir particulièrement avantager les familles.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !