Liste des auteurs

Frédéric de Monicault | Le Figaro le 22/04/2008.

L’énergie au coeur de la présidence française

jeudi 24 avril 2008 par Frédéric de Monicault
Un rapport remis au premier ministre insiste sur la solidarité énergétique dont doivent faire preuve les États membres.

Dans quelques semaines, la France prendra la présidence de l’Union européenne. Et entend bien jouer un rôle moteur dans un domaine devenu crucial : l’énergie. Voilà pourquoi le gouvernement a commandé un rapport, remis lundi au premier ministre, par une personnalité reconnue du secteur, Claude Mandil, qui a notamment dirigé l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Ses propositions, rassemblées sous l’item « sécurité énergétique et Union européenne », prennent encore plus de relief à l’heure où les prix du pétrole repoussent jour après jour leurs limites. Lundi encore, le brut a établi un nouveau record à plus de 117 dollars. À titre indicatif, l’Union européenne importe aujourd’hui 50 % de l’énergie qu’elle consomme et cette proportion pourrait atteindre 70 % en 2030, rappelle Claude Mandil.

Celui-ci, face à ce paysage énergétique de plus en plus fiévreux, insiste donc sur la nécessité pour l’Europe de « parler d’une seule voix ». Il s’agit précisément de créer les conditions d’une véritable solidarité européenne dans l’énergie, alors que la quasi-totalité des pays préfèrent aujourd’hui conclure des accords bilatéraux avec tel ou tel pays producteur.

Autrement dit, souligne Claude Mandil dans son rapport, les États membres ne tirent pas parti « du poids et de la diversité d’un ensemble de cinq cents millions de consommateurs produisant 18 % de l’électricité mondiale ». En outre, cela provoque également des « efforts désordonnés de chaque État membre pour chercher pour son propre compte une sécurité généralement illusoire et toujours coûteuse ».

Cette solidarité européenne pourrait notamment se vérifier à l’égard de la Russie et de son gaz, de manière à optimiser les prix, les conditions et la durée des contrats. Même si, effectivement, chaque pays s’appuyant sur un « mix » énergétique différent (la France, par exemple, avec son socle nucléaire) est forcément très tenté de jouer sa carte personnelle.

Une véritable harmonisation

Toujours dans la perspective de cette solidarité, Claude Mandil invite également à renforcer les interconnexions, tant électriques que gazières, car l’Europe de l’énergie est encore insuffisamment maillée. Or, le moindre incident peut avoir des répercussions continentales. Cela a été le cas, voici plus d’un an, quand une panne survenue en Allemagne a aussitôt plongé des millions de Français dans le noir.

À l’arrivée, les recommandations de Claude Mandil, qui milite encore pour une véritable harmonisation de la régulation énergétique européenne, devraient contribuer à étayer utilement la présidence française. Une présidence qui sera également attendue sur des décisions très concrètes, comme la propriété des réseaux de transport de gaz et d’électricité, qui fait l’objet d’un intense débat depuis plusieurs mois. Alors que Bruxelles, pour développer la concurrence, souhaite une séparation patrimoniale entre production et transport, Paris défend la pérennité de grands opérateurs intégrés. Un débat loin d’être réglé.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !