Liste des auteurs

L’humanité du 31 janvier 2007 | Jacques Moran

L’intérim, premier employeur des jeunes

mercredi 31 janvier 2007 par Jacques Moran

Social . Les 15-30 ans à la recherche d’un premier emploi dans le Nord-Pas-de-Calais, région la plus jeune de France, ont la plupart du temps l’intérim comme seule perspective.

Quel est l’avenir d’un habitant du Nord-Pas-de-Calais à la recherche d’un premier emploi dans la région la plus jeune de France ? L’INSEE vient de publier une étude sur les parcours professionnels des 15-30 ans sur une période de trois ans. Résultat : les jeunes sortant d’une formation initiale mettent plus de temps à accéder à un emploi dans la région qu’au niveau national, cinq mois au lieu de quatre en France. Et ce sont trop souvent des emplois à temps partiel. Le temps partiel représente en effet selon l’INSEE 38 % des postes de débutants. Le travail temporaire, neuvième pourvoyeur d’emplois, est surtout le premier employeur des jeunes entrant sur le marché. Les plus importants secteurs d’emplois, ceux qui, à écouter les lamentations du patronat, sont censés ne pas trouver de main-d’oeuvre suffisante, ne sont en fait pas les premiers à accueillir les jeunes.

Selon l’INSEE, « les nouveaux entrants sur le marché du travail trouvent rarement leur premier poste dans les secteurs de l’industrie, de la construction ou des transports ». Par contre l’intérim et l’hôtellerie sont les secteurs privilégiés pour les premières activités professionnelles des jeunes. Et bien sûr, après trois ans de pratique, la plupart des jeunes quittent ces secteurs assez rapidement. Deux autres secteurs les accueillent plus volontiers : le commerce de détail et celui du conseil et de l’assistance. Plus d’un jeune sur dix connaît un parcours jalonné de missions d’intérim. Ils sont majoritairement masculins, peu diplômés et, pour les trois quarts, occupent des postes d’ouvriers non qualifiés. Ces jeunes, note l’INSEE, ont passé plus de la moitié de leurs trois premières années de vie active dans des missions d’intérim. À la fin des trois années, un tiers d’entre eux est toujours en travail temporaire et un deuxième tiers se retrouve au chômage. L’étude de l’INSEE estime que « la présence de nombreux jeunes et le fort taux de chômage des moins de 25 ans dans le Nord-Pas-de-Calais soulignent l’importance de l’insertion professionnelle ».

C’est la tâche à laquelle s’est attelé le conseil régional qui a acquis depuis la loi de décentralisation de 2004 une compétence élargie en matière de formation. L’assemblée a adopté en effet le 23 novembre dernier le schéma régional des formations tout au long de la vie, qui a pour ambition d’aborder, globalement et en fonction des responsabilités des acteurs concernés, l’ensemble des parcours de formation que peut rencontrer un individu tout au long de sa vie. Il concerne en premier lieu la formation initiale des jeunes par la voie scolaire et par l’apprentissage. Le Nord-Pas-de-Calais enregistre un nombre plus important que la moyenne de jeunes sortant du système scolaire du second degré sans qualification. Et l’apprentissage y est moindre qu’en France. Autre caractéristique nordiste : après la 3e, les collégiens s’orientent plus que partout ailleurs vers l’enseignement professionnel. Dans ce contexte particulier, la région a décidé d’anticiper le transfert du programme d’actions subventionnées de l’AFPA au 1er janvier 2007. Afin de « mettre en cohérence l’ensemble des moyens dont elle dispose dans le cadre de sa compétence en formation professionnelle ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !