Liste des auteurs

un article de Damien DUBUC paru sur liberation.fr le 11 avril 2006

« L’unité syndicale a été payante »

mardi 11 avril 2006 par Damien Dubuc
Maurice Marion, porte-parole de la CGT mines-energie tire les leçons du CPE pour faire avancer la cause des gaziers opposés à la fusion GDF-Suez.

Une cinquième journée d’action contre la fusion de GDF avec Suez (annoncée fin février par le gouvernement) est organisée mardi à l’initiative des fédérations CFE-CGC, CGT et FO des industries électriques et gazières. Des assemblées générales étaient organisées ce matin dans la plupart des sites de productions pour faire le point sur la mobilisation et les actions à mener. D’après la CGT, les coupures de courant ne devraient pas concerner les particuliers. Mais 150 000 personnes ont subi une coupure à Lille ce mardi matin. Interview de Maurice Marion, porte-parole de la CGT mines-energie

Quel est l’objectif de cette cinquième journée d’action contre la fusion GDF-Suez ?

Cette journée est l’occasion de faire le point dans les assemblées générales, à la fois sur le CPE , puisque les gaziers et les électriciens se sont associés au mouvement à plusieurs reprises, mais aussi sur la manière de relancer la lutte contre la privatisation de GDF avec Suez . Nous n’avons pas pu mener les deux dossiers de front et il nous faut maintenant redéfinir les intiatives à prendre.

Quelles sont les actions prévues aujourd’hui ?

Il s’agissait déjà d’analyser les conditions de la victoire des confédérations syndicales et des étudiants contre le CPE. L’unité syndicale, en particulier, a été payante et nous devons savoir comment il est possible de la retrouver sur le dossier de la fusion. Concrètement, les agents de GDF vont distribuer des tracts et faire signer des pétitions car nous avons le sentiment, surtout avec cette victoire contre le CPE, qu’il est possible de gagner à condition d’avoir le soutien de l’opinion et des pouvoirs publics. Il n’y aura pas de coupures massives d’électricité et nous n’avons pas du tout l’intention de nous en prendre aux usagers. Par contre, il y aura probablement des coupures, localement, sur des bâtiments publics, comme des mairies ou des préfectures et peut être aussi dans des zones industrielles.

Comment envisagez-vous la suite de la mobilisation ?

A l’avenir, des coupures d’electricité ne sont pas impossibles, c’est souvent le seul moyen que les salariés ont pour alerter l’opinion et les médias. Mais, le plus important pour nous est de continuer à informer la population sur les conséquence de la fusion. Les derniers sondages traduisent une inquiètude croissante des français face à la possible privatisation de l’entreprise alors qu’il y a trois ans une majorité d’usagers se déclaraient favorables à l’ouverture du capital et à la privatisation de GDF. Plus généralement, les personnes les mieux informées de la situation sont en majorité hostiles à la privatisation. Nous n’en savons, pour le moment, pas plus sur le calendrier à venir : le gouvernement s’est engagé à répondre par écrit aux propositions que nous lui avons transmises mais nous attendons toujours. En tous cas, l’objectif reste clair : le retrait du projet de fusion GDF-Suez .

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !