Liste des auteurs

Un article de Aliette de Broqua paru dans Le Figaro le 23 novembre 2005

L’usine de Nestlé Saint-Menet menacée de fermeture

mercredi 23 novembre 2005 par Aliette de Broqua
AGROALIMENTAIRE Si NetCacao ne reprend pas le site marseillais, l’usine fermera très vite.

JOURNÉE noire hier pour les 427 salariés marseillais de l’usine de chocolat et de café de Nestlé à Saint-Menet. Alors qu’ils sont dans l’attente d’un projet de reprise depuis des semaines, ils ont appris deux mauvaises nouvelles : le site peut être fermé très rapidement et l’ambitieux projet de reprise d’une partie du site par NetCacao est toujours en négociation avec Nestlé. Sans garantie de déboucher un jour.

La cour d’appel d’Aix en Provence a en effet confirmé le jugement du TGI de Marseille qui avait estimé le 22 juin que la procédure de fermeture de Saint-Menet était légale. Les salariés qui s’opposent depuis des mois à cette fermeture estimaient n’avoir pas été correctement informés.

« Nous sommes très déçus. Nestlé va pouvoir fermer l’usine rapidement. C’est ce qu’il veut depuis le début. Nous ne croyons pas à sa volonté de favoriser le projet de NetCacao », commente Me Elise Brand, l’avocate des salariés. Dès la publication de cette décision, les salariés ont occupé l’usine.

NetCacao doit convaincre

C’est donc dans ce climat de grande tension qu’une table ronde s’est réunie hier après-midi à la préfecture de Marseille. A l’ordre du jour, le projet de reprise d’une partie du site par NetCacao pour y produire des tablettes et du chocolat industriel avec 180 salariés dès la première année, 300 à terme. Le premier ministre avait demandé l’été dernier au préfet de tout faire pour éviter la disparition du site. Il s’en était suivi un appel à candidature orchestrée par la CCI pour trouver un repreneur.

NetCacao doit toutefois s’entendre avec Nestlé. Le candidat qui demandait à la multinationale de signer un contrat de sous-traitance de 35 000 tonnes la première année a ramené ses ambitions à 25 000 tonnes. Pour compenser, il prévoit de donner plus de flexibilité au site en investissant dès la première année 15 millions au lieu des 9 prévus initialement. La sous-occupation du site au début de la première année serait compensée par la mise en formation des salariés. Le préfet a donné un nouveau délai pour conclure. Rendez-vous le 7 décembre.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !