Liste des auteurs

Marc Landré | le Figaro le 20.04.2011

La CGT va plancher sur la souffrance au travail

mercredi 20 avril 2011 par Marc Landré
La CGT de Bernard Thibault a l’intention de faire du thème de la souffrance au travail l’un des thèmes phares de l’année à venir, voire même de la campagne présidentielle en 2012.

Elle organisera d’ailleurs en octobre un grand colloque sur ce thème réunissant des syndicalistes, des experts, des médecins du travail, peut-être des patrons, afin de dégager des constats et surtout identifier la stratégie pour s’attaquer syndicalement au sujet. "La souffrance au travail s’accroit, justifie un proche du secrétaire général de la centrale de Montreuil. La pression s’accumule sur ceux qui sont au boulot. Il y a une vraie dégradation pour eux et une exaspération de ceux qui n’ont pas de travail. Les actifs sont dans une impasse : ils doivent non seulement faire face à leur temps mais doivent en plus prendre en charge la situation, et pas que financière, de leurs enfants et de leurs parents qui souffrent eux-aussi."

Pour la centrale de Montreuil, le constat est sans appel : la crise, malgré les messages optimistes du gouvernement et les différents indicateurs qui disent le contraire, est loin d’être finie et les salariés en subissent encore quotidiennement les effets. "Nous sortons d’une séquence où les revendications n’avaient pas de prise parce que les salariés, du fait de la crise, avaient intégré la précarité de leur travail pour trouver ou garder leur boulot, explique ce dirigeant de la CGT. Cela explique aussi l’ampleur de la mobilisation sur les retraites à l’automne qui a percuté la souffrance des salariés existante." Pour nombre de salariés, la retraite est en effet une libération, la fin d’un cycle. "Or leur dire qu’ils vont devoir travailler deux ans de plus veut dire qu’ils vont bien souvent devoir souffrir deux ans de plus", justifie-t-il.

Concrètement, la CGT compte s’appuyer sur le travail effectué chez Renault pour "revisiter syndicalement" le champ de la souffrance au travail. Après la vague de suicides intervenus en 2009 au sein du groupe automobile, les délégués du personnel ont pris leur bâton de pèlerin et sont allés voir chaque salarié, ou presque, pour les interroger sur leurs conditions de travail et leur demander comment mieux travailler. Ils ont ensuite rédigés des cahiers revendicatifs qu’ils ont transmis à la direction, stupéfaite de ces retours qu’elle ne soupçonnait pas. "Ce n’était plus un sujet de discussion chez Renault qui était pourtant arrivé à un point de rupture, considère ainsi Bernard Thibault. Il y avait certes moins de grèves et de conflits mais une explosion de l’absentéisme et des arrêts maladie. On était en plein dans la stratégie d’évitement, révélatrice d’un vrai malaise et d’une vraie souffrance au travail." Et le secrétaire général de la CGT, interrogé par "Les dessous du social", d’en tirer la conclusion suivante : "On doit refaire de la souffrance au travail un thème de revendication quotidienne et se convaincre qu’on peut intervenir à nouveau sur l’organisation du travail." Les employeurs et Xavier Bertrand, qui a présenté hier les timides résultats du plan de prévention des risques psychosociaux en entreprise, sont prévenus...

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !