Liste des auteurs

Article de Fanny Doumayrou paru dans L’Humanité du 27 juillet 2006

La CGT veut éradiquer l’intérim abusif chez PSA

jeudi 27 juillet 2006 par Fanny Doumayrou
Emploi . La CGT attaque au pénal la direction de Peugeot-Citroën pour son recours à l’intérim sur des emplois permanents de production.

Comment empêcher définitivement le groupe PSA Peugeot-Citroën de maintenir dans la précarité des milliers de salariés, employés en contrats précaires sur des postes permanents de production ? C’est la question posée par la CGT du groupe, qui assignait mardi la direction devant le juge des référés du tribunal de grande instance de Versailles, pour recours abusif à l’intérim. Alors que le Code du travail autorise le recours aux CDD et à l’intérim pour remplacer des salariés absents ou pour faire face à un « accroissement temporaire d’activité », le groupe automobile emploie en permanence un « matelas » de précaires, corvéables et jetables selon les besoins de la production. En 2005, ces derniers représentaient 21 % des effectifs ouvriers : pour 45 000 ouvriers en CDI (effectif en baisse constante), PSA employait 6 000 salariés en CDD et 5 800 en intérim.

Avec le soutien de la CGT, plus d’une centaine d’intérimaires de différentes usines Peugeot ou Citroën ont gagné devant les prud’hommes la requalification de leurs contrats en CDI, avec des dommages et intérêts. Mais « ces victoires ne sont pas dissuasives pour PSA, qui continue son recours abusif aux contrats précaires, explique Ralph Blindauer, avocat de la CGT. Cette fois-ci, avec cette action inédite au pénal, nous voulons frapper le groupe à la tête ». « Nous voulons faire respecter le peu de règles qui existent pour protéger les salariés précaires », insiste Franck Plain, délégué CGT à Peugeot-Sochaux. L’avocat a choisi de s’attaquer à l’argument principal avancé par la direction de PSA, d’après laquelle la production automobile serait saisonnière. Les lancements de voitures constitueraient ainsi des accroissements temporaires d’activité, justifiant le recours à l’intérim. « Lancer un nouveau véhicule fait partie de l’activité normale et permanente de l’entreprise, a contesté Me Blindauer lors de l’audience. Chaque usine fabrique plusieurs modèles. Quand certains sont en fin de vie, d’autres sont lancés, donc globalement, la production reste stable ou bien elle augmente, mais pas de façon temporaire. » Il a également souligné la contradiction à employer en permanence des intérimaires pour surcroît d’activité, alors que les effectifs ouvriers en CDI fondent régulièrement.

Au juge des référés, il a demandé « de faire interdiction à PSA d’avoir recours à l’intérim pour accroissement temporaire d’activité lié au lancement d’un nouveau véhicule », ce qui aura pour conséquence l’embauche de tous les intérimaires et CDD employés illégalement sous ce motif, et de permettre la réintégration de ceux qui ont été mis à la porte.

De son côté, l’avocate du constructeur a d’abord jugé que cette action était « une menace pour l’emploi en France », et maintenu que le lancement d’un véhicule était sur un site de production un « événement exceptionnel, complexe, rare », justifiant des renforts d’effectifs. Elle a par ailleurs qualifié la demande de la CGT d’« irrecevable » car « déclaratoire », ne portant pas sur des situations précises mais sur l’ensemble des sites du groupe, dans le passé, le présent et l’avenir. Le délibéré sera rendu le 26 septembre.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !