Liste des auteurs

Frédéric Edelmann | Le Monde du 23.05.06.

La Chine achève le barrage des Trois-Gorges

mercredi 23 mai 2007 par Frédéric Edelmann
La construction du barrage hydroélectrique des Trois-Gorges sur le fleuve Yangzi (fleuve Bleu) a été déclarée, samedi 20 mai, "achevée" par les autorités chinoises, soit neuf mois avant la date prévue. Il s’agit du plus monumental projet hydroélectrique chinois qui, dans la droite ligne de la tradition qui fit creuser le Grand Canal de Pékin à Hangzhou, prévoit des milliers de centrales sur les fleuves d’un pays dont l’Himalaya, et donc le Tibet, est presque l’unique château d’eau. Pour autant, le barrage, rempli à mi-hauteur et dont 14 des 26 turbines tournent déjà, ne devrait être totalement opérationnel qu’en 2008, lorsque l’ensemble des usines sera achevé, et que le lac aura été rempli, prudemment.

Le coût du plus grand barrage du monde - long de 2 309,5 m, haut de 185 m et ayant nécessité 27 millions de m3 de béton - a lui aussi galopé pour atteindre 25 milliards de dollars (de 50 à 75 milliards selon certaines sources officieuses). Contreparties positives annoncées : ce mastodonte devrait être capable de produire 84,7 milliards de kWh d’électricité par an, de réguler les eaux du plus long fleuve de Chine - redouté pour ses inondations récurrentes et meurtrières -, et de contribuer à irriguer une Chine qui craint autant la panne sèche que la pollution.

Contreparties négatives : des conséquences sans précédent, qu’elles soient écologiques, humaines (2 millions de personnes déplacées), ou culturelles (disparition de 160 sites archéologiques majeurs, de milliers d’ensembles patrimoniaux, et du paysage immémorial et périlleux de la passe des Trois-Gorges). Mais aussi la menace que ferait courir à des dizaines de millions d’habitants la rupture accidentelle du barrage (un réservoir qui pourrait varier de 40 milliards de m3 à 116 milliards de m3, taux de remplissage maximal), voire sa destruction volontaire pour les plus inquiets.

En même temps que son achèvement, les responsables du barrage ont simultanément annoncé que 43 experts ont été envoyés par le Comité de construction du projet, relevant du gouvernement central, pour inspecter la qualité des travaux sur la partie sud de l’ouvrage. L’inspection sera dirigée par l’académicien Pan Jiazhen, 80 ans, ancien opposant devenu partisan du projet.

Sur place, rien n’annonçait, il y a quinze jours encore, l’imminence de la fin des travaux. A 40 km en aval du barrage, les 700 000 habitants de Yichang (Hubei), principaux bénéficiaires de la manne financière induite par le chantier - dont les rives ont été choyées -, n’ont pas eu l’occasion de mesurer les premières conséquences relevées sur le cours inférieur du fleuve : principalement l’érosion et le recul des berges du Yangzi, que ne compense plus l’apport de limon arrêté en amont.

FRUSTRATION DES RIVERAINS

C’est un des points les plus difficiles à traiter à Sandouping, le site même du barrage, où un circuit panoramique comprenant cinq sites permet à des milliers de touristes de voir le monstre de plus près. Ils s’approchent ainsi des grues impressionnantes qui continuent de tourner autour des centrales sud.

Du site du barrage à Chongqing (situé à 600 km à l’ouest en amont), le lac de retenue a été l’objet de travaux proportionnels à la taille du barrage, créant sur des centaines de kilomètres un paysage stupéfiant. Certains sites historiques ont été artistiquement reconstitués, comme Zigui, le village "natal" et le mémorial du poète et ministre Qu Yuan (IVe siècle av. J.-C.), dans la forme (agrandie en 1982) que lui aurait donnée la dynastie Tang au IXe siècle. Mais des villes et des villages ont disparu ou vont disparaître à la prochaine montée des eaux - une première phase de l’inondation des berges a eu lieu en 2003 -, là où vit une population nombreuse qui s’accroche désespérément. Les autorités prétendent indemniser les populations déplacées, et les reloger dans des villes nouvelles, mais la frustration est vive chez les riverains, qui se plaignent de détournements de fonds au profit de fonctionnaires corrompus.

Au problème croissant que pose l’assainissement des eaux du lac, réceptacle des eaux usées de toute la région, s’ajoutent l’érosion et l’instabilité des berges, qui peuvent conduire à la chute de pans entiers de montagne.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !