Liste des auteurs

Un article de Sixtine Léon-Dufour paru dans Le Figaro du 08 novembre 2005

La Chine se convertit à l’énergie verte

mardi 8 novembre 2005 par Sixtine Léon-Dufour

ÉNERGIE Pékin cherche à réduire sa dépendance à l’égard du pétrole et du charbon et à satisfaire sa demande énergétique croissante. D’ici à 2020, le régime entend faire grimper à 15% la part des énergies renouvelables.

ENERGIES renouvelables. Pour le régime de Pékin, jusqu’à il y a peu, le concept était presque un gros mot. Depuis l’année dernière, il fait partie intégrante du vocabulaire de la classe politique. En mars, l’Assemblée populaire a adopté une loi stipulant que les énergies renouvelables (micro-hydraulique, éolien, photovoltaïque) devraient d’ici à 2020 représenter 10% de la consommation totale du pays, contre 3% en 2003. Hier, le vice-premier ministre, Zeng Peiyanors, a relevé cet objectif à 15%, moyennant un investissement de 180 milliards de dollars sur quinze ans.

Parmi les raisons invoquées par le deuxième plus gros pollueur de la planète : contribuer à un environnement plus propre. Un engagement louable et d’autant plus facile à tenir que ces sources d’énergie peuvent être implantées dans des régions reculées que le régime cherche précisément à désenclaver. Mais les énergies renouvelables ont, comme vertu première, d’être une solution pour limiter la dépendance du pays à l’égard de l’étranger. Car la Chine est un ogre, qui vit dans la hantise de la « grande panne ». Pour accompagner sa folle croissance - encore 9,3% cette année -, le pays a démultiplié sa demande énergétique ces dernières années jusqu’à devenir le deuxième consommateur d’énergie au monde. Electricité, charbon, pétrole, gaz naturel, tout est bon pour alimenter la « machine ». Mais ce n’est toujours pas suffisant.

En dépit des grands ouvrages hydroélectriques, la pénurie d’électricité est aussi récurrente que préoccupante : régulièrement, des villes sont plongées dans le noir et les coupures de courant sont fréquentes dans les entreprises. L’industrie du charbon, dont la Chine dépend encore à hauteur de 65%, souffre de sa vétusté. Les réserves pétrolières sont faibles et obligent Pékin à aller s’approvisionner ailleurs. Quant à l’exploitation du gaz naturel, il nécessite d’énormes investissements.

Selon une étude de l’Agence internationale de l’énergie publiée hier, la hausse attendue de plus de 50% de la consommation énergétique mondiale à l’horizon 2030 nécessitera un investissement cumulé de 17 000 milliards de dollars sur vingt-cinq ans. La Chine devra, à elle seule, investir 2 500 milliards dans l’énergie, soit 15% du total mondial.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !