Liste des auteurs

Dominique Buffier | Le Monde le 13 février 2007

La Deutsche Bahn va faire circuler des trains en France

mardi 13 février 2007 par Dominique Buffier

Le président de la République, Jacques Chirac, devrait, le 6 mars, inaugurer officiellement la nouvelle ligne à grande vitesse Est européenne qui va relier Paris à Strasbourg et, au-delà, à l’Allemagne. Pour la première fois le train à grande vitesse allemand InterCityExpress (ICE) circulera sur le réseau français.

Une illustration de la stratégie offensive de la Deutsche Bahn (DB) avant la libéralisation du trafic voyageurs en 2010. Forte de sa position géographique au coeur de l’Europe, la DB est, en 2007, le leader européen du trafic ferroviaire voyageurs et a enregistré en 2006 un chiffre d’affaires de 30 milliards d’euros.

"Depuis douze ans, nous enregistrons un développement continu de la DB", a déclaré Karl-Friedrich Rausch, son numéro deux, jeudi 8 février. Et de citer pour les marchandises les 11 % d’augmentation du fret et le développement du trafic voyageurs à l’international de 25 % vers la Suisse, de 20 % vers l’Autriche et 15 % vers la France.

A la différence de la SNCF, la DB connaît la concurrence. En Allemagne, 346 compagnies ferroviaires locales ont déjà pris 15 % du marché. La DB a engagé en 2006 un investissement de 6,4 milliards d’euros, dont 570 millions sur la ligne à grande vitesse Paris-Francfort.

CONNEXION AVEC 80 VILLES ÉTRANGÈRES

Son réseau ferroviaire international se connecte à 80 villes étrangères avec 170 liaisons journalières et transporte quotidiennement plus de 35 000 voyageurs. Dès à présent, la stratégie de développement de la DB consiste à développer à partir du marché domestique des transports internationaux dans un espace de 50 à 100 km autour de l’Allemagne. Au-delà de ce périmètre, la direction de la DB mise sur la croissance externe en participant à des appels d’offres dans des entreprises de transport privées ou communales.

Parmi le développement de ces coopérations internationales : la future société Rhealys qui aura la charge de la gestion des trafics France-Allemagne par la ligne à grande vitesse Est européenne, mais également la renégociation de la position commerciale et stratégique de la DB au sein de Thalys, cette société qui assure les liaisons Paris-Amsterdam et Paris-Cologne ; ou encore l’offre élargie sur la capitale autrichienne avec Chemins de fer fédéraux autrichiens (OBB).

Signe de développement de l’entreprise, la mise en Bourse de la DB "ne dépend plus que d’une loi sur la privatisation que doit présenter cette année le gouvernement", indique M. Rausch. Cette mise en Bourse annoncée pour 2008 ne concerne que "49, 5 % de la valeur de l’entreprise et ne se fera qu’avec l’accompagnement des syndicats", a-t-il précisé.


Un système de réservation très souple outre-Rhin

Contrairement à la SNCF, la Deutsche Bahn (DB) maintient, pour les billets de train, un système ouvert sans réservation. Pour le voyageur de la compagnie ferroviaire allemande, tant que les portes d’un train sont ouvertes, il lui reste une possibilité de prendre son billet. Cet usage ferroviaire ancien bénéficie aujourd’hui de l’apport de la modernité technologique. La DB vient de mettre en service un système qui permet de prendre sa place à partir de son portable. L’usager, après s’être inscrit auprès de la compagnie ferroviaire, indique sur son portable l’achat d’un billet pour telle ou telle destination. Le contrôleur n’a, alors, plus qu’à valider le billet sur le portable du passager. Aucun ticket n’est émis. Ce système ouvert est considéré par la DB comme un des atouts de la fréquentation des trains.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !