Liste des auteurs

Un article de Alain Raynal paru dans l’Humanité du 31 mai 2005

La Poste s’acharne contre les syndicalistes

mardi 31 mai 2005 par Alain Raynal
Alors qu’ils s’opposent à la suppression de quarante emplois au centre de tri de Bègles, ils sont mis en examen et suspendus de leur travail. La solidarité s’organise autour d’eux.

Neuf salariés du centre de tri postal de Bègles mis en examen pour « séquestration ». Quatorze suspensions et mises à pied immédiates. Des menaces de révocation pour des agents sous statut, de licenciement pour des contractuels. « Nous assistons à un acharnement antisyndical extrêmement grave contre la CGT et SUD, contre des collègues qui défendent l’emploi, l’objectif répressif que poursuit la direction de La Poste s’inscrit dans la restructuration engagée au plan national et la loi de dérégulation sociale votée dernièrement pour préparer l’ouverture à la libre concurrence de 2009 », dénonce Loïc Notais. Le secrétaire départemental de la CGT du secteur postal rappelle que, dans ce but, 60 000 suppressions d’emplois sont ainsi programmées pour les seules activités courrier. « Les salariés qui luttent pour leurs revendications ne sont pas des criminels », insiste dans un appel la Fédération nationale CGT des postiers, qui demande que la direction de La Poste stoppe immédiatement toutes les procédures en cours et retire les plaintes.

Depuis plusieurs semaines, les salariés du tri postal de Bègles et leurs syndicats unanimes refusent la suppression d’une quarantaine de postes annoncée par la direction, prenant prétexte de la modernisation du site. Ils demandent que des négociations sérieuses s’ouvrent. Les syndicats critiquent l’attitude de la direction du centre qui « choisit de laisser pourrir le mouvement conduisant ainsi à l’exaspération des salariés ». Jusqu’à ce mercredi 25 mai où, à l’issue d’une réunion avec la direction du centre, les syndicalistes et des agents décident en milieu d’après-midi de rester et de retenir sur place cinq membres de la direction jusqu’à l’obtention de négociations sur l’emploi, sur l’organisation et les conditions du travail, sur la défense du service public. Les uns et les autres passent une nuit blanche. Jusqu’au lendemain midi, où sur demande de la direction auprès du préfet de Gironde, ce dernier dépêche une cinquantaine de policiers, dont le GIPN, qui investissent le lieu et interpellent plusieurs syndicalistes. Neuf, dont six affiliés à la CGT et trois à SUD, sont placés en garde à vue. Le lendemain vendredi, ils sont mis en examen avant d’être relâchés. En plus des neuf, cinq autres salariés sont mis à pied par la direction de La Poste.

La riposte ne se fait pas attendre. Des motions de soutien sont envoyées. Des pétitions lancées. Des arrêts de travail aussi : en Gironde, au centre de tri colis de Bègles, dans les centres de tri d’Agen, de Toulouse, d’Albi, de Marseille, de Créteil... Hier matin, plus d’une centaine de salariés du centre régional des services financiers (CRSF) situé dans le quartier Mériadeck de Bordeaux se sont mis en grève. Au-delà de la solidarité à l’égard de leurs collègues durement menacés, et comme le souligne Jean-Luc Delrot, responsable cégétiste, les personnels du CRSF sont également confrontés aux restructurations, aux fermetures de services et réductions de postes. Au cours des trois dernières années, 220 suppressions sont ainsi effectuées sur le site, pour l’essentiel par le non-remplacement des départs en retraite. Hier à midi, quatre cents postiers girondins ont manifesté devant le siège des directions postales départementales à Bordeaux. Un rassemblement du même type est également prévu pour aujourd’hui midi.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !