Liste des auteurs

Article de ALIETTE DE BROQUA. Publié dans Le Figaro le 02 août 2006

La SNCM risque de perdre son partenaire pour desservir la Corse

mercredi 2 août 2006 par Aliette de Broqua
Un conflit l’oppose à la Compagnie méridionale de navigation avec qui elle travaille depuis plusieurs décennies.

LE DIVORCE semble inévitable. Vendredi, l’appel d’offres de la Corse pour la desserte maritime de l’île sera clos. La Société nationale Corse-Méditerranée (SNCM) et la Compagnie méridionale de navigation (CMN) pourraient bien y répondre chacune de leur côté. Pourtant, depuis des décennies, les deux entreprises assurent ensemble les liaisons entre Marseille et l’île de Beauté.

En 2001, elles avaient ainsi fait une proposition commune lors du premier appel d’offres. Sauf coup de théâtre, elles déposeront donc chacune un dossier. « Nous allons répondre à l’appel d’offres », se contente d’indiquer Francis Lemor, président de Stef-TFE, premier actionnaire de la CMN.

De son côté, la SNCM, qui vient d’être rachetée à l’Etat par Butler Capital Investissement et Veolia Transport, a annoncé lors d’un comité d’entreprise vendredi qu’elle répondrait sans son partenaire habituel. Stéphane Richard, directeur général de Veolia Transport, l’a confirmé dans un entretien à Corse matin. La SNCM déposera même une offre globale. Ce qui risque de ne pas être confortable. Tout d’abord, la SNCM ne peut plus compter sur les trois bateaux de la CMN. Ensuite, la CMN pourrait être tentée de s’allier avec Corsica Ferries dont les coûts salariaux de 30 à 40 % inférieurs à ceux de la SNCM.

Participations croisées L’affaire pourrait devenir compliquée car Stef-TFE et la SNCM sont les deux actionnaires de la CMN : le premier est majoritaire, le second minoritaire. « Nous avons essayé de négocier avec les repreneurs de la SNCM, affirme Francis Lemor. Cela a été une mascarade de négociation. Veolia a fait preuve d’une volonté de ne pas aboutir. Il ne voulait qu’une chose : une réponse commune à l’appel d’offres et la prise de contrôle de la CMN pour la fusionner avec la SNCM. »

Début juillet, un accord aurait été proche : il prévoyait une réponse commune à l’appel d’offres et des prises de participations croisées de même niveau entre la SNCM et la CMN. Selon Francis Lemor, ce projet aurait finalement buté sur les valorisations. Le patron de Stef voulait qu’on retienne 35 millions pour la SNCM, c’est-à-dire la valeur de la privatisation. Veolia voulait prendre une valeur de 350 millions. Autre écueil : la volonté de Veolia d’imposer une fusion à terme des deux compagnies maritimes.

L’appel d’offres sera dépouillé lundi. Ensuite, les négociations s’engageront entre la collectivité territoriale de Corse et les candidats retenus. En attendant, Veolia s’apprête à porter son différend devant le tribunal de commerce. A charge pour le juge de se prononcer sur la validité du pacte qui lie la SNCM et Stef-TFE dans la CMN et que Francis Lemor estime caduc. La SNCM le conteste et, s’appuyant sur ce pacte, veut racheter la participation de Stef-TFE dans la CMN. « Nous regrettons l’entêtement de M. Lemor et avons toujours eu la main tendue, indique-t-on à la SNCM. Nous sommes prêts à reprendre les négociations mais dans le respect du pacte d’actionnaires. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !