Liste des auteurs

Un article de Yves Housson paru dans L’Humanité le 1er décembre 2005

La baisse artificielle des chiffres du chômage

jeudi 1er décembre 2005 par Yves Housson
Emploi . Le nombre de demandeurs a reculé de 0,1 % en octobre, principalement grâce aux contrats (précaires) institués par la loi Borloo.

Alors que l’économie française ne crée pratiquement pas d’emplois, le nombre de chômeurs baisse... Déjà constaté à plusieurs reprises lors de la publication des statistiques mensuelles sur le marché du travail, ce paradoxe se vérifie une fois de plus. En octobre, le chômage a baissé de 0,1 point, s’établissant désormais à 9,7 %, selon le ministère de l’Emploi. En recul de 21 700 sur le mois de septembre, soit 0,9 %, le nombre de demandeurs d’emploi enregistrés s’élève à 2 358 100. Le ministre de l’Emploi, Jean-Louis Borloo, se réjouit de ce « septième mois de baisse » consécutif et note que cette tendance concerne les jeunes, avec une baisse de 1,3 % des demandeurs de moins de vingt-cinq ans, qui représentent toujours, néanmoins, 22,9 % des chômeurs.

montée des contrats aidés

Comme l’analyse le ministre lui-même, cette évolution résulte pour l’essentiel de la montée en puissance des contrats aidés : contrats d’avenir, CAE (contrats d’accompagnement vers l’emploi), contrats d’initiative locale, etc. La fragilité de cette embellie tient au fait qu’elle ne doit pratiquement rien au secteur concurrentiel. La dernière étude de l’INSEE indique en effet qu’au troisième trimestre l’emploi salarié n’a progressé que de 0,1 %, avec un solde net de 8 500 postes supplémentaires en tout et pour tout.

L’examen détaillé des chiffres du chômage d’octobre fait apparaître l’importance, comme les mois précédents, du nombre de « radiations administratives » (37 552), ainsi que des personnes sorties des fichiers de l’ANPE pour « absence au contrôle » (151 537). Maigre motif de satisfaction, les sorties pour « reprise d’emploi déclarée » progressent de 9,7 % - ce qui ne nous renseigne pas sur la nature de ces emplois : on sait cependant que 70 % des postes créés sont précaires. L’analyse des motifs d’entrée à l’ANPE révèle de son côté un certain recul des licenciements économiques (moins 17,4 % sur les trois derniers mois), des fins de CDD et des fins de mission d’intérim, tandis que les « autres licenciements » (plus 3,7 %) restent orientés à la hausse.

opération de communication

Bien que peu probantes quant à une baisse réelle et durable du chômage, ces statistiques seront certainement mises en exergue aujourd’hui par Dominique de Villepin lors de sa conférence de presse mensuelle pour démontrer l’efficacité de sa politique. Comme par anticipation, le président de l’UDF, François Bayrou, a dès hier dénoncé une opération de « communication », une « campagne qui s’appuie sur deux éléments : les radiations qui font exploser le RMI et des emplois aidés ». Même remarque dans la bouche de Martine Aubry, pour le PS, qui pointe « le maquillage artificiel auquel recourt la droite pour masquer la situation sociale extrêmement dégradée que connaît notre pays ». Du côté des syndicats, tandis que Rémi Jouan, de la CFDT, souhaite que les contrats aidés débouchent sur des emplois « consolidés », la CGT ajoute un autre bémol : « Le nombre de chômeurs indemnisés diminue de 6 % sur un an (130 000) [...]. Le taux d’indemnisation passe sous la barre des 50 %. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !