Liste des auteurs

Article de Anne Rovan paru dans Le figaro du 11 mai 2006

La baisse de la pauvreté interrompue en 2002

jeudi 11 mai 2006 par Anne Rovan
Entre 1970 et 2002, le niveau de vie a augmenté de 70%.

POUR la première fois depuis dix ans, le nombre de personnes pauvres a augmenté en France en 2003, indique l’Insee dans le chapitre de son rapport consacré aux évolutions de niveau de vie depuis 1970. Combien de personnes pauvres en plus cette année-là ? Tout dépend du niveau de revenus en deçà duquel on est considéré comme tel. En retenant le seuil des 50% du niveau de vie médian (soit un revenu par adulte inférieur à environ 600 euros par mois), la France comptait 250 000 de personnes démunies de plus qu’en 2002. Soit une hausse de 0,4 point. En retenant la limite des 60% (un peu plus de 700 euros par mois), « l’augmentation (du nombre de personnes pauvres) est beaucoup plus limitée », indique l’institut. Ils ne seraient « que » 40 000 de plus. C’est de toute façon un minimum puisque l’étude ne prend pas en compte les personnes sans logement « dont les situations sont les plus précaires ».

C’est la deuxième fois depuis 1970 que la précarité gagne du terrain en France. La crise du début des années 90 l’avait fait grimper une première fois. L’essoufflement du niveau de vie en 2002 puis sa stagnation en 2003 ont eu les mêmes conséquences.

Baisse des inégalités

Le niveau de vie par individu a toutefois augmenté de 70% entre 1970 et 2002. Sur cette période, il est passé de 10 050 à 17 100 euros constants par an et par individu ou de 840 à 1 430 euros par mois (voir graphique). Mais les gagnants ne sont pas les mêmes selon les périodes. Dans les années 70, l’augmentation du niveau de vie a surtout profité aux personnes les moins aisées, notamment les retraitées qui ont bénéficié à partir de 1975 du minimum vieillesse. D’où une baisse des inégalités entre les plus démunis et les plus aisés. En revanche, la croissance économique de la fin des années 90 ne s’est pas traduite par une baisse marquée des inégalités. « C’est en effet aux deux extrémités de l’échelle des revenus que les augmentations ont été les plus fortes », estime l’Insee qui pose une nouvelle fois la question du niveau de vie des classes moyennes.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !