Liste des auteurs

Un article de Cécile Calla paru dans Le Figaro de 27 octobre 2005

La coalition Merkel vers un compromis sur le nucléaire

jeudi 27 octobre 2005 par Cécile Calla
ALLEMAGNE L’activité des centrales de Biblis et Neckarwestheim pourrait être prolongée

LA CDU d’Angela Merkel pourrait bien marquer des points sur le dossier du nucléaire par rapport à ses partenaires socialistes de la grande coalition. En utilisant une clause de l’accord de sortie du nucléaire signé en 2000, le futur gouvernement allemand pourrait prolonger l’activité d’un certain nombre de centrales atomiques. « Il est possible que nous nous entendions avec le SPD sur ce point », a déclaré un membre de l’union chrétienne au Financial Times Deutschland. Même son de cloche côté SPD, qui affirme « qu’une coalition avec la CDU-CSU n’échouera pas sur ce point ».

Tout au long de la campagne électorale, la droite chrétienne avait réclamé un rallongement du temps d’activité des centrales nucléaires, conspuant la politique menée jusqu’alors par le gouvernement de Gerhard Schröder. « Sans un prolongement de l’utilisation de l’énergie nucléaire, l’Allemagne ne pourra pas atteindre ses objectifs en matière de protection du climat », avait déclaré Angela Merkel lors du duel télévisé qui l’avait opposé à Schröder avant les élections. En échange, la candidate de la CDU-CSU exigeait des groupes énergétiques une baisse des tarifs de l’électricité.

Une marge de manoeuvre extrêmement étroite

En 2000, la coalition gouvernementale SPD-Verts avait signé un texte avec les groupes énergétiques, prévoyant l’arrêt de la production d’énergie nucléaire au plus tard en 2021. Trois centrales ont déjà cessé de fonctionner, la dernière en avril dernier. Sa fermeture avait relancé le débat sur la sortie du nucléaire. Le maire de la commune concernée s’était efforcé en vain d’empêcher sa mise à l’arrêt, soulignant les conséquences économiques désastreuses d’une telle décision.

La perspective d’un gouvernement de grande coalition a semé la confusion sur les projets de la CDU-CSU. D’autant que le portefeuille de l’environnement revient aux sociaux-démocrates. Ils n’ont d’ailleurs pas tardé à marquer leur territoire. « Il n’y aura pas de retour du nucléaire avec le SPD », avait fermement souligné la semaine dernière le futur ministre de l’Environnement, Sigmar Gabriel.

Dans ce contexte, la marge de manoeuvre est des plus étroites pour l’union chrétienne. La solution qui semble se profiler répond aux attentes des deux partis : en prolongeant l’activité des centrales de Biblis et Neckarwestheim grâce à une clause prévue dans l’accord signé en 2000, le futur gouvernement ne remettra pas en cause le principe de sortie du nucléaire.

Autre sujet majeur dans le domaine de l’environnement, le subventionnement des énergies renouvelables. Dans son programme électoral, la droite chrétienne annonçait une réduction substantielle des aides publiques. Pour l’instant, le SPD semble peu enclin à revoir la législation sur les énergies renouvelables. Les négociations doivent se poursuivre jusqu’au 12 novembre.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !