Liste des auteurs

Une dépèche AFP du 30 aout 2005

La cogestion allemande à l’épreuve d’une nouvelle donne économique

mardi 30 août 2005

BERLIN (AFP) - La cogestion, pilier du capitalisme à l’allemande, n’avait pas besoin de ça. Alors qu’elle cherche sa place dans une économie de plus en plus mondialisée, une série de scandales est venue entacher son image, relançant le débat sur le bien-fondé de cette spécificité allemande.

Chez le constructeur automobile Volkswagen une caisse noire servait à payer des voyages et des prostituées à des représentants du personnel, tandis que ceux de la Commerzbank ont perçu des bonus juteux quand les autres salariés du groupe devaient se serrer la ceinture.

Dans une Allemagne qui doute d’elle-même, le pas est vite franchi vers le discrédit d’une institution qui continue pourtant à faire ses preuves. Surtout quand le quotidien populaire Bild s’en mêle, se demandant en première page si Volkswagen ne payait pas du Viagra à ses patrons.

La cogestion est née d’une volonté d’impliquer les représentants des salariés dans les décisions de l’entreprise pour les protéger. Mais à l’heure où le danger vient plus de la concurrence des pays à bas salaires que des abus des patrons, il semble avoir perdu de sa pertinence.

L’influent hebdomadaire The Economist relevait dans sa dernière édition que les entreprises allemandes "doivent composer (...) avec un conseil de surveillance très influencé par les représentants des salariés, alors qu’à l’international elles sont en concurrence avec des sociétés dont les coûts de main d’oeuvre sont jusqu’à 80% plus bas".

Outre un comité d’entreprise fort dans chaque site et prenant part aux négociations salariales, le système repose sur la représentation paritaire des actionnaires et des salariés au sein du conseil de surveillance pour les plus grosses entreprises. Une moitié de l’organe est donc en théorie peu disposée à voter des mesures de restructuration, fermetures d’usine ou autres maux jugés nécessaires.

Une enquête est d’ailleurs en cours à Stuttgart à l’égard du secrétaire général du comité d’entreprise de DaimlerChrysler, Erich Klemm, soupçonné d’avoir exercé un chantage sur le directoire de la société quand il s’est agi de négocier un accord salarial l’an dernier, et d’avoir extorqué des conditions plus favorables aux salariés qu’il n’aurait été bon pour l’entreprise.

L’ex-président du syndicat patronal BDI, Michael Rogowski, a qualifié la loi sur la cogestion de 1976 d’"erreur historique". Le mois dernier, le chancelier Schröder a créé une commission d’experts chargée de moderniser le système.

Et pourtant, sur le fond, rares sont les véritables détracteurs du système allemand.

"Il n’y a pas de raison de remettre en question tout le système", selon Sylvain Broyer, analyste de la banque Ixis, "mais de l’aménager". "Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain", ajoute-t-il.

Des rangs même du BDI des voix se sont vite élevées pour défendre la cogestion. Selon le président du syndicat patronal du secteur du métal, Martin Kannegiesser, "particulièrement en période de mutations économiques, la cogestion est un merveilleux moyen d’augmenter l’efficacité de l’entreprise d’un côté et de garantir la paix sociale de l’autre".

Même The Economist notait que les syndicats allemands avaient réussi à s’adapter aux temps qui changent, là où les français par exemple restent arc-boutés sur leurs positions. Chez Siemens, les représentants du personnel ont accepté des augmentations du temps de travail sans compensation salariale en échange de garanties d’emploi.

Les milieux patronaux souhaiteraient passer d’une représentation paritaire à une proportion d’un tiers des salariés au conseil de surveillance. Mais parmi les fractions en présence pour les élections législatives de septembre, seul le petit parti libéral FDP reprend ces thèses.

Les chrétiens-démocrates, largement en tête des sondages pour l’instant, veulent assouplir le marché du travail mais n’envisagent pas de toucher à la cogestion.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !