Liste des auteurs

Un article de Mathilde Visseyrias paru dans Le Figaro du 07 janvier 2006

La grande distribution craint pour ses emplois

samedi 7 janvier 2006 par Mathilde Visseyrias
Commerce En 2006, hypermarchés et supermarchés ne créeront pas d’emplois. Ou très peu. Si cette tendance se confirme, la grande distribution perdra son rôle de grand recruteur.

ELLE n’avait jamais vécu cela. Pour la première fois de son histoire, la grande distribution, connue pour être un grand pourvoyeur de travail en France, perd des emplois. La page s’est tournée en 2004, avec un recul encore symbolique de 0,09% des effectifs, à 547 000 toutes enseignes confondues. « Dans la conjoncture et la consommation actuelles, l’emploi est devenu un sujet sensible, explique au Figaro économie Jérôme Bédier, président de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD). Ce que nous prévoyons, c’est une tendance pour 2005 assez proche de celle de 2004. »

Comme l’industrie automobile

La FGTA-FO, syndicat majoritaire dans la grande distribution, se montre plus pessimiste. Dejan Terglav, son secrétaire fédéral, évalue à 15 000 le nombre emplois qui ont été supprimés l’an dernier. Il prévoit pour 2006 « plusieurs dizaines de milliers de suppressions de postes ». A lui seul, Auchan pourrait même supprimer 5 000 emplois selon le syndicat. Le groupe explique pour sa part qu’il a prévu de ne pas remplacer 2 500 personnes sur la période 2002-2008. Il précise que 1 500 emplois ont déjà disparu.

L’accélération possible de la baisse prix avec la réforme de la loi Galland alimente ce scénario pessimiste. Aux Pays-Bas, en 2004, les effectifs de la grande distribution avaient chuté de 10% à cause d’une baisse des prix de plus 10%. « Il n’y aura pas de miracle !, confirme Cédric Ducrocq, président du cabinet de conseil Dia-Mart. Les chiffres de 2005 et 2006 seront mauvais. » « Si l’on ne fait rien, la grande distribution pourrait être la sidérurgie de demain », renchérit Thibault le Carpentier, directeur associé du cabinet de prospective Obsand. Il considère que 30 000 à 60 000 emplois pourraient disparaître dans les deux ans. Sans pour autant être supprimés. Ils pourraient être transférés vers des prestataires de service. Les hypermarchés suivraient en cela la même évolution que l’industrie automobile l’a déjà fait.

Le succès du hard-discount bouleverse les habitudes et contraint les distributeurs à une gestion serrée. Ainsi, la généralisation des caisses électroniques compromettrait l’emploi de 240 000 caissières. « Tout le monde se bat pour garder un modèle de distribution à la française, avec du service, des hôtesses de caisse et une offre large, affirme pourtant Jérôme Bédier. Les caisses automatiques ne sont qu’en cours de test. Il faudra toujours des hommes et des femmes dans les magasins ! »

Les entreprises, elles, restent prudentes pour l’instant. Seul Michel-Edouard Leclerc assure que son groupement créera des emplois cette année. Selon La FGTA-FO, Intermarché va alléger d’un millier de postes sa logistique. Carrefour a annoncé en fin d’année dernière la suppression de 1 700 postes dans ses sites administratifs.

Premier employeur privé de France, le groupe affirme avoir recruté 15 000 personnes en 2005 et créé un millier d’emplois. Il prévoit encore 15 000 recrutements en 2006 mais ne se prononce pas sur les créations d’emplois.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !