Liste des auteurs

Olivier Mayer | L’Humanité du 05.01.2009

La grève du 29 janvier se précise

mardi 6 janvier 2009 par Olivier Mayer
Mobilisation . Les huit syndicats se retrouvent aujourd’hui pour annoncer leurs propositions dans la perspective de la mobilisation du 29 janvier.

Ce matin, les huit organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA) se retrouvent au siège de la CFE-CGC afin de rendre publiques leurs propositions et revendications pour sortir de la crise. Cette plate-forme sera au centre de la journée interprofessionnelle de grève et manifestations décidée pour le 29 janvier. Le 15 décembre dernier, les organisations syndicales ont appelé ensemble « les salariés du privé et du public, les chômeurs et les retraités, à une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle le 29 janvier 2009 » pour la défense de l’emploi, la lutte contre la précarité, les salaires et la réduction des inégalités, la protection sociale et la défense du service public.

La perspective de cette journée intervient dans un climat social très lourd. Les syndicats refusent que les salariés payent pour une crise « dont ils ne sont pas responsables ». Ils estiment que « surmonter cette crise implique des mesures urgentes d’une autre nature que celles prises par l’État et les entreprises ». Tous jugent le plan de relance de Nicolas Sarkozy très insuffisant. FO déplore « l’absence totale de mesures sur le pouvoir d’achat et le déséquilibre patent entre soutien de l’offre et relance de la demande ». La CFDT « regrette qu’un nouvel allégement du coût du travail voie le jour, sans contrepartie demandée aux entreprises en termes d’emploi et de pouvoir d’achat ». Pour la CFE-CGC, « on a eu une avalanche d’annonces dont on a du mal à percevoir la cohérence et l’efficacité ». Pour la CGT, « ce sont les employeurs qui viennent une nouvelle fois de passer au guichet en bénéficiant de nouveaux allégements de cotisation ». Le syndicat accuse des entreprises d’utiliser la crise comme une aubaine pour mener des restructurations et des suppressions d’emplois. Le président de la République cherche à reprendre l’offensive dans la crise internationale et promet la poursuite des « réformes ». Mais son recul sur la réforme des lycées, ses difficultés parlementaires sur le travail du dimanche ou les précautions qu’il doit prendre alors même qu’il annonce un changement de statut de La Poste, tout cela montre qu’il n’est pas insensible aux mouvements de l’opinion.

Les organisations syndicales savent que sans unité d’action dans de telles circonstances, elles courent le risque de l’impuissance et par conséquent d’un discrédit majeur. Les conditions de l’unité semblent donc plus fortes, à l’heure actuelle, que les facteurs de la division qui existent eux aussi. Déjà, malgré la trêve des confiseurs, l’appel au 29 janvier commence à être relayé dans les professions. Dans la fonction publique, chez les cheminots, à La Poste, des appels unitaires sont lancés. Dans la santé, l’appel des syndicats des personnels est élargi à des syndicats de médecins, la Confédération des praticiens des hôpitaux, l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France, le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !