Liste des auteurs

Article de Lucy Bateman paru dans L’Humanité du 25 octobre 2006

La mobilisation s’amplifie chez Modeluxe

jeudi 26 octobre 2006 par Lucy Bateman
Régularisation . Une délégation du comité de soutien des salariés sans papiers a rencontré le préfet de l’Essonne.

La mobilisation se renforce autour des dix-huit salariés sans papiers de la blanchisserie Modeluxe, à Chilly-Mazarin (Essonne), en grève depuis le 29 septembre pour obtenir leur régularisation. Hier, une centaine de personnes s’étaient rassemblées pour les soutenir devant la préfecture de l’Essonne à Evry, alors qu’une délégation rencontrait le préfet pour tenter de régler le sort des ouvriers. Militants de la CGT, de SUD, de la FSU, de la LCR ou de Lutte ouvrière, conseillers régionaux et élus communistes, socialistes et Verts, côtoyaient Mouloud Aounit, du MRAP, ou Clémentine Autain, adjointe au maire de Paris. Des salariés de la société de sécurité OSP, qui sont dans une situation similaire, et que les Modeluxe étaient allés soutenir la semaine dernière à Bobigny, sont allés hier à Évry pour rendre la politesse.

Bruyante, la manifestation avait « de la gueule », s’est félicité Raymond Chauveau, secrétaire général de la CGT de Massy-Palaiseau, qui soutient très activement les sans-papiers, à la sortie de l’entrevue. « Le représentant de l’État est resté complètement sourd à cet argument essentiel : l’employeur Modeluxe, propriété du groupe Sunlight, qui emplois plus de 7 000 salariés, était parfaitement au courant depuis le début qu’il employait des salariés sans papiers pour les faire travailler dans des conditions innommables. » Selon le syndicaliste, la discussion a glissé sur la possibilité de régulariser les sans-papiers qui auraient un membre de leur famille français. « Ils nous inventent un nouveau critère de régularisation », soupire-t-il, les yeux au ciel.

La présence de sans-papiers dans l’effectif de Modeluxe est officiellement connue depuis décembre 2004, lorsque la CGT avait fait échouer une descente de police dans l’usine. Depuis, les nombreux courriers échangés entre la préfecture et l’union locale CGT avaient persuadé cette dernière que la régularisation des ouvriers - une quarantaine à l’époque - était sur la bonne voie. En septembre, la situation s’est durcie, Modeluxe a engagé des procédures de licenciement à l’encontre des sans-papiers, et la préfecture a régularisé quatre d’entre eux seulement, affirmant qu’il n’avait jamais été question de le faire pour les autres. « Aujourd’hui, les ouvriers sont sous la protection de la CGT », a insisté un militant de l’union locale de Massy. La Confédération avait envoyé hier au rassemblement Pascal Joly pour la représenter, qui a dit aux sans-papiers son « salut fraternel ». « Pour nous, ce sont des salariés à part entière », a-t-il insisté. « La CGT ne jouera pas la concurrence des salariés entre eux. Ils sont otages du climat politique du moment qui favorise la surexploitation et qui les maintient dans cette situation. » La secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet, a interpellé le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, au sujet du sort des salariés de Modeluxe, et demande la création d’une commission d’enquête parlementaire pour enquêter sur les sociétés qui emploient en connaissance de cause des sans-papiers et les « exploitent, sous la menace d’un licenciement ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !