Liste des auteurs

Article de Frédéric de Monicault paru dans Le Figaro du 30 juin 2006

La privatisation d’Areva gelée pendant cinq ans

vendredi 30 juin 2006 par Frédéric de Monicault
Anne Lauvergeon a été reconduite officiellement à son poste de présidente du directoire. Avec une feuille de route bien précise.

ANNE LAUVERGEON conserve son poste à la tête d’Areva. La présidente du directoire du groupe nucléaire a été officiellement reconduite dans ses fonctions par le conseil de surveillance, qui s’est réuni hier. Un indéniable succès pour la seule femme en France à la tête d’une grande entreprise, car, même s’il n’y avait aucun autre candidat déclaré, plusieurs obstacles s’étaient accumulés au cours des derniers mois. A commencer par l’hostilité affichée de Thierry Breton, le ministre de l’Économie (lire nos éditions du 28 juin).

Le nouveau mandat que va démarrer Anne Lauvergeon s’accompagne cependant d’une feuille de route bien précise, et même resserrée. Il s’agit de focaliser le développement du groupe sur ses métiers actuels, a précisé Frédéric Lemoine, le président du conseil de surveillance. Autrement dit, Areva doit continuer à tirer parti de tous les avantages que lui confère son statut de groupe intégré, présent à tous les étages de la filière nucléaire, de l’extraction d’uranium au recyclage du combustible en passant par la construction de centrales et la transmission d’électricité produite. « Nous nous appuyons sur une croissance profonde, durable, qui réclame parallèlement de lourds investissements, ajoute encore Frédéric Lemoine. Selon celui-ci, Areva franchit aujourd’hui une nouvelle étape de son développement. Parmi les nombreux chantiers en cours, il y a le lancement de l’EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération, la conquête du marché chinois ou encore le renforcement aux États-Unis.

En marge de la stratégie industrielle, le président du conseil de surveillance rappelle aussi que l’État a clairement affirmé qu’il n’était pas question d’ouvrir le capital d’Areva. Or Anne Lauvergeon n’a jamais caché qu’elle était favorable à une mise sur le marché de l’entreprise publique. Avant que Dominique de Villepin ne ferme la porte à ce scénario.

Hier, au ministère de l’Économie, on faisait savoir que la présidente d’Areva s’est engagée par écrit à respecter scrupuleusement la feuille de route qui lui a été assignée. Une manière de dire que les grandes orientations capitalistiques sont désormais totalement approuvées par Anne Lauvergeon.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !