Liste des auteurs

Un article de Marie-Laure COLSON paru dans Libération du 23 aout 2005

La production de pétrole bloquée en Equateur

mardi 23 août 2005 par Marie-Laure COLSON
Deux provinces demandent à l’Etat un partage plus équitable des recettes de l’énergie.

Le président équatorien Alfredo Palacio est en train de jouer son siège. Moins de six mois après son arrivée au pouvoir, son gouvernement est confronté depuis une semaine à un mouvement de protestation qui paralyse la production de pétrole, principale ressource du pays. L’état d’urgence a été décrété et le ministre de la Défense, Solon Espinoza, a été poussé à la démission par le chef de l’Etat qui lui reprochait son inaction face aux manifestants.

Négociations. Hier, alors que l’Equateur ne dispose plus que d’environ une semaine de réserve en pétrole, des négociations se sont ouvertes entre la capitale Quito et les délégués des deux provinces amazoniennes entrées en rébellion pour obtenir un partage plus équitable des recettes pétrolières. Signe que la crise est profonde, les préfets de Sucumbios et Orellana soutiennent le mouvement et font partie de la délégation. Ils ont précisé qu’ils n’avaient accepté qu’une trêve. « L’arrêt du mouvement dépendra des accords auxquels nous parviendrons », a déclaré la préfète d’Orellana, Guadalupe Llori, vice-présidente d’une assemblée qui avait lancé le 15 août les occupations de 200 puits d’extraction dans la région. Après avoir envahi et dégradé les installations pétrolières, les manifestants ont dynamité des oléoducs et bloqué certaines autoroutes. La compagnie publique Petroecuador a dû arrêter ses exportations de brut, et vendredi, le Président a chargé l’armée de rétablir l’ordre dans les provinces rebelles.

Promesse. Les habitants de Sucumbios et Orellana estiment, eux, qu’Alfredo Palacio n’a pas tenu sa promesse de consacrer une partie des recettes pétrolières aux dépenses sociales. Ils réclament la renégociation des contrats avec les compagnies pétrolières étrangères en Equateur, le financement d’infrastructures régionales et l’emploi de main-d’oeuvre locale par ces firmes. Mais le président Palacio, qui n’a pas la majorité au Congrès, dispose de peu de marge de manoeuvre. Son ministre de l’Economie vient de le lâcher. Le 5 août, Mauricio Correa, chargé de la politique de redistribution de la manne pétrolière, a démissionné en réponse au refus de la Banque mondiale, dirigée depuis avril par l’Américain Wolfowitz, de prêter à l’Equateur une centaine de millions de dollars. Le président vénézuélien Hugo Chavez, toujours prêt à narguer les Etats-Unis, a appelé samedi son homologue équatorien pour l’assurer de son soutien

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !