Liste des auteurs

Article de Philippe Jérôme paru dans L’Humanité le 27 novembre 2006

La vitrine sociale d’EDF écornée

lundi 27 novembre 2006 par Philippe Jérôme
Discrimination . Marcel Brocart, ancien responsable syndical à EDF-GDF Nice, demande réparation auprès de la Cour européenne des droits de l’homme.

« Ça me bouffe l’existence mais je ne lâcherai jamais le morceau... Je me bats pour moi et pour les centaines de gaziers et électriciens victimes comme moi de harcèlement moral au travail et de discrimination syndicale... » Devant son ordinateur, entouré de piles de dossiers, Marcel Brocart retrouve le punch du militant communiste et responsable CGT qu’il fut dans les années 1970 au centre EDF-GDF de Nice. Le titulaire d’un modeste CAP d’ajusteur devenu en quelques années agent de maîtrise était également, à cette époque, promis à un bel avenir professionnel. Jusqu’à ce que l’usine à gaz de Nice où il travaillait ferme ses portes. Les « patrons », comme il les appelle, profitent alors de l’occasion pour mettre au placard ce quadra en pleine force de l’âge et compétent dans son métier. « Pendant onze ans j’ai erré de service en service tout en postulant à des emplois pour lesquels j’étais déclaré apte mais jamais retenu ! Puis je me suis retrouvé pendant six ans au service prestations maladie de la CMCAS (oeuvres sociales d’EDF-GDF - NDLR) où je tapais d’un doigt sur un clavier toute la journée. Ce travail m’a rendu malade : dépression et maladies psychosomatiques », raconte-t-il. Il se traîne ainsi d’arrêts maladie en ennui mortel au boulot, jusqu’en 1995 où une expertise médicale conclut à « un état de santé incompatible avec la reprise d’une activité professionnelle ». Placé en « longue maladie », la mise à la retraite d’office lui pend au nez. Elle interviendra le 1er février 2000, deux mois... avant qu’une commission nationale spécialisée le déclare « invalide à 50 % » !

Entre-temps Marcel Brocart a porté son cas devant les prud’hommes. Il démontre aisément que sa progression de carrière a été ralentie si ce n’est brisée net, en la comparant tout simplement avec celle des collègues de sa génération qui ont, pour la plupart, eu un parcours professionnel normal. Pourtant il est débouté, perd encore en appel et aussi, le 18 janvier 2005, en cassation. Un coup très dur, à la mesure de l’enjeu jurisprudentiel, qui le fait bondir... et rebondir.

Quelques jours plus tard la direction d’EDF-GDF signe le fameux accord de « responsabilité sociale » par lequel l’entreprise s’engage à respecter les libertés syndicales et un certain nombre de valeurs humanistes. Les quelque huit cents agents EDF qui, selon la CGT, ont été victimes de discriminations, Marcel Brocart en étant l’exemple le plus significatif, en seront-ils les premiers bénéficiaires ? Le militant niçois est perplexe, qui préfère compter sur ses propres forces et sur les lois existantes, censées protéger le faible, telles que la loi Kouchner qui lui a récemment permis de découvrir de « nouveaux documents » en ayant accès à son dossier médical complet. Des documents qui l’autorisent aujourd’hui à se tourner vers la Cour européenne des droits de l’homme pour obtenir réparation des préjudices moraux et financiers subis.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !