Liste des auteurs

Un article de Sébastien Ganet paru dans L’Humanité le 17 janvier 2006

Le MEDEF veut multiplier les contrats atypiques

mardi 17 janvier 2006 par Sébastien Ganet
Lancé dans une vaste offensive contre la législation du travail, le MEDEF, par la voix de sa présidente, Laurence Parisot, demande au gouvernement la généralisation du CNE à l’ensemble des entreprises.

« Étendre le contrat "nou- velles embauches" (CNE) à toutes les entreprises », demande Laurence Parisot. La présidente du MEDEF exhortait hier, dans la Tribune, le gouvernement à renforcer la précarité en France. Le « nouveau modèle social français » qu’elle appelle de ses voeux colle à la nouvelle tendance qui se dessine depuis trois ans. Les profits des groupes explosent quand la croissance et les salaires sont au plus bas.

Les directions d’entreprise sont lancées dans une course folle au dividende. Chaque parcelle de rentabilité est exploitée sur le travail, ce que, d’une certaine manière, Laurence Parisot traduit en ces termes : « Le CNE est une nouvelle forme de contrat de travail qui marche, qui débloque des créations d’emplois là où il y avait des réserves inexploitées. » Tout est bon pour gonfler les comptes d’exploitation au détriment des salaires.

Pour Laurence Parisot, « le chômage des jeunes ne peut pas être dissocié du chômage en général et donc de la dynamique de croissance [...] ». Prétextant que les moins de vingt-six ans ne doivent pas être enfermés dans une catégorie à part, elle réfute une « caractéristique globale jeune ». Confondant le bien de la nation tout entière et les dividendes des grands actionnaires, la présidente du MEDEF estime qu’« étendre ainsi le CNE en le réservant aux jeunes ne va pas assez dans le sens de l’intérêt général ». Laurence Parisot voit dans le contrat "nouvelles embauches" une occasion rêvée pour démanteler le droit du travail. Elle juge le CNE « très prometteur » et précise que l’« appliquer uniquement à une catégorie selon un critère d’âge risque de (le) dévaloriser ». L’offensive du MEDEF visant à déresponsabiliser toujours plus socialement les entreprises est totale.

L’organisation patronale souhaite la généralisation « de nouvelles formes de contrat de travail, plus souples que le CDI, parallèlement au maintien du dispositif actuel des CDD et du travail temporaire ». Espérant ancrer ces nouvelles formes de travail, le MEDEF indique qu’« il appartiendrait ensuite au législateur de leur donner une base légale ». Les branches professionnelles pourraient étendre le domaine des « contrats de chantier (propre au secteur du bâtiment) », à des « contrats de projet », ou de « mission » correspondant à des travaux tels que la construction de rames de TGV, de centraux téléphoniques, la réalisation de chantiers d’informatisation, etc. », peut-on lire sur le site Internet de l’organisation. « De la même manière, dans les secteurs professionnels où l’absence de visibilité sur les emplois nécessaires à moyen terme (tels que les secteurs de haute technologie par exemple) retarde ou fait obstacle à leur création », le MEDEF appelle, là aussi, à « de nouvelles formes de contrats, tels que le contrat d’activité ». Le thème du marché du travail semble inépuisable pour le MEDEF.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !