Liste des auteurs

Un article de François-Xavier Bourmaud paru dans Le Figaro du 24 mai 2006

Le Medef veut mieux cerner les jeunes et leurs attentes

mercredi 24 mai 2006 par François-Xavier Bourmaud
Fragiles mais pleins de promesses : tels apparaissent les moins de 25 ans, selon une étude de la commission nouvelles générations du Medef qui prépare des propositions.

JEUNE, qui es-tu ? Perplexe face à cette catégorie des moins de 25 ans, le Medef a braqué le microscope de sa commission nouvelles générations sur cette classe d’âge pour tenter de « mieux comprendre son malaise et surtout ses attentes face à la vie professionnelle ». Objectif : élaborer une série de propositions pour faciliter l’entrée des jeunes dans la vie active, propositions qui figureront dans le livre blanc que Laurence Parisot, présidente du Medef, publiera à la fin de l’année, avant le début de la campagne présidentielle.

Entamés avant la crise des banlieues et la contestation du contrat première embauche, les travaux de la commission présidée par Laurence Danon, PDG du Printemps, ont débouché sur un rapport sociologique de douze pages qui dresse le portrait d’une génération « fragile » mais « pleine de promesses ».

Fragile tout d’abord parce qu’élevée dans le culte de l’« enfant roi », cette génération a développé un caractère profondément individualiste. Résultat : les jeunes « ont des difficultés à supporter la discipline, l’autorité et la hiérarchie, même s’ils y adhèrent sur le plan des valeurs », indique le rapport. Une mise en garde à l’attention des chefs d’entreprise qui, pour exercer sereinement leur autorité, sont appelés à mettre en avant leurs compétences.

Après ce premier élément de fragilité lié à l’éducation familiale, le rapport en souligne un deuxième lié à l’appauvrissement de la société. Membre de la commission et professeur à l’IEP de Paris, le sociologue Louis Chauvel souligne ainsi que « pour la première fois depuis 1945, les nouvelles générations sont confrontées à une situation plus difficile que celle de leurs parents ». En trente ans, l’écart de niveau de vie entre un ménage de 50-59 ans et un autre de moins de 30 ans est passé de 10-15% en 1975 à plus de 40% aujourd’hui. « Les parents pressentent que leurs enfants sont exposés à un déclassement social, ce qui induit beaucoup de désarroi et d’incertitudes », note Louis Chauvel. Pas étonnant dans ces conditions que le CPE , perçu comme « un obstacle de plus à franchir avant de s’insérer », ait été érigé en symbole de la précarité et provoqué une contestation d’une telle ampleur.

Envie de travailler

Voilà pour les inquiétudes. Côté espoir, la commission relève, en s’appuyant sur des sondages Ifop/Medef, que les jeunes ont envie de travailler. 83% d’entre eux considèrent ainsi qu’« une vie réussie passe par le travail » et que 73% « sont impatients d’entrer sur le marché de l’emploi ». Un optimisme que tempère toutefois Olivier Galland, sociologue au CNRS et membre de la commission, en soulignant que les jeunes « valorisent particulièrement l’aspect relationnel de l’activité professionnelle et sont particulièrement sensibles au fait que le travail n’empiète pas trop sur la vie personnelle ». Reste que 51% des jeunes éprouvent de l’attirance pour l’entreprise contre 34% pour la fonction publique.

Le rapport se réjouit enfin de la forte diversité qui existe dans cette génération. Avec près d’un tiers de jeunes d’origine étrangère, « la France est diverse, métissée ». « Ce mouvement irréversible est éminemment positif. Le Medef y voit une raison d’être optimiste », conclut le rapport.

A partir de ces observations, la commission va désormais étoffer ses propositions qui demeurent pour l’heure plus de l’ordre de la déclaration d’intention que de la mesure concrète.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !