Liste des auteurs

Une dépèche Reuters et AFP parue sur lemonde.fr du 11 juin 2006

Le budget 2007 pourrait prévoir la suppression de 10 000 postes de fonctionnaires

dimanche 11 juin 2006

Dix mille postes de fonctionnaires pourraient être supprimés dans le cadre du budget 2007, dont les "lettres plafond", fixant l’évolution des crédits des ministères, seront envoyées par Matignon aux membres du gouvernement la semaine prochaine, affirme le Journal du Dimanche daté du 11 juin. Selon l’hebdomadaire, il s’agira d’emplois laissés vacants par des départs en retraite et qui ne seront donc pas renouvelés. Le ministère du Budget n’a pas souhaité commenter l’information mais a précisé qu’une conférence de presse sur le sujet serait organisée lundi après-midi.

Dans le budget 2006, il avait été prévu de supprimer un peu plus de 5 000 postes. Lors de sa dernière conférence de presse mensuelle, M. de Villepin avait refusé de donner un objectif chiffré pour 2007, soulignant qu’il voulait "remiser le rabot" à effectifs. Les effectifs ne sont pas "une variable d’ajustement", avait estimé le ministre des Finances Thierry Breton. M. Breton avait indiqué qu’à Bercy, un fonctionnaire sur deux n’avait pas été remplacé l’année dernière, et que "pour cette année ce sera vraisemblablement deux sur trois". Le projet de budget 2007 devrait confirmer la rigueur affichée par le premier ministre Dominique de Villepin, malgré la proximité de l’élection présidentielle. "La question est de savoir comment on arrivera à respecter une progression limitée à 0,8%", commente le président UMP de la commission des finances de l’Assemblée, Pierre Méhaignerie. "Le gouvernement s’était fixé un objectif d’environ 10 000" suppressions de postes dans la fonction publique, affirme-t-il, estimant que ce doit cependant être un minimum.

"UN BUDGET VIRTUEL"

En période pré-électorale, le sujet est délicat et des parlementaires UMP invitent le Premier ministre à la prudence. "Le chiffre de 10 000 permet de montrer que la réforme de l’Etat n’est pas du baratin, sans brusquer les choses", souligne pour sa part le député UMP Hervé Mariton.

En matière de déficit public, Matignon et Bercy entendent rester "dans la logique du programme de stabilité" notifié en début d’année à la Commission européenne et "il n’est pas question de relâcher l’effort", précise-t-on à Bercy. Avec l’hypothèse d’une croissance de 2,25 % du PIB, qui devrait être le scénario retenu, le gouvernement prévoyait dans ce programme triennal de ramener le déficit public à 2,6 % du PIB en 2007, après 3 % en 2005 et 2,9 % en 2006.

Mais le sort de ce dernier budget du quinquennat Chirac reste en suspens. Pour le sénateur UMP Alain Lambert, "’il a assez peu de chances d’être exécuté", et pour le socialiste Didier Migaud il s’agit d"un budget virtuel". Lors de sa dernière conférence de presse mensuelle, le 1er juin, Dominique de Villepin s’est attaché à démentir par avance ces pronostics. "Les socialistes, s’ils arrivaient au pouvoir en 2007, auraient l’immense satisfaction de trouver (...) une gestion financière extrêmement rigoureuse", a-t-il affirmé.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !