Liste des auteurs

Un article de Laurent Mouloud paru dans L’Humanité du 24 mai 2006

Le calvaire de Walid continue

mercredi 24 mai 2006 par Laurent Mouloud
répression anti-cpe . Après quarante jours en prison et trois semaines sans pouvoir réintégrer son lycée, ce militant anti-CPE passait lundi soir en conseil de discipline. Vous avez dit acharnement ?

Jusqu’où ira l’acharnement contre Walid ? Après avoir passé quarante-deux jours en prison à Fleury-Mérogis, ce militant anti-CPE, condamné en comparution immédiate le 24 mars, n’en finit plus de batailler avec l’administration de son lycée qui refuse obstinément de le réintégrer (l’Humanité du 11 mai). L’affaire, qui dure depuis trois semaines, a connu un énième rebondissement lundi soir, avec la soudaine convocation en conseil de discipline de cet élève de dix-neuf ans.

Depuis le 4 mai, Walid, assommé par son passage derrière les barreaux, est interdit de séjour à Louis-Armand dans le 15e arrondissement de Paris. De manière totalement arbitraire. C’est le proviseur de l’établissement, Jean-Armel Le Gall, qui a décidé, seul, de prendre cette mesure « à titre conservatoire ». Il explique alors son geste par le fait que Walid, à sa sortie de prison, était encore sous le coup d’une autre plainte qu’il a lui-même déposé fin mars et, qu’à ce titre, il est en droit de lui interdire l’accès au lycée. Seulement voilà : cette fameuse plainte a été classée sans suite par le procureur de la République. Écroulant, par là même, tout l’argumentaire du zélé proviseur.

En position inconfortable, Jean-Armel Le Gall a finalement convoqué un conseil de discipline, seule instance apte à prononcer l’exclusion définitive d’un élève. « Le recteur d’académie savait, en fait, que le proviseur, en interdisant l’accès à Walid pendant des semaines, était complètement sorti des clous, estime Michel Sangam, président de la FCPE de Paris. Pour y revenir, il a donc exigé l’organisation de ce conseil de discipline. » Mais que reproche-t-on à Walid ? Sur sa lettre de convocation, les termes sont mystérieusement imprécis : « tentative de dégradation ». Sur quoi ? Mystère.

Il faudra attendre 20 h 30 et la sortie de Walid du conseil, pour en savoir plus. « On me reproche d’avoir incité des élèves à jeter des projectiles sur le lycée, lâche le jeune homme, écoeuré. J’avais l’impression d’être devant un tribunal à charge. Ils m’ont ressorti mes absences. Et, comme par hasard, le seul professeur présent au conseil était celui d’économie, l’une des seules matières où je n’ai pas la moyenne ! Il m’a dit que j’étais "inadapté au système scolaire ", alors que j’ai 8 de moyenne... »

Le défenseur de Walid, nommé par la FCPE, est effaré par un dossier « sans élément tangible », et n’en finit plus d’énumérer les vices de formes. « Il y a l’incompétence du conseil de discipline, sachant que le proviseur, qui préside le conseil, se trouve à la fois juge et partie : on bafoue là une règle du droit fondamental. Autre chose : aucune mesure éducative n’a été prise par l’équipe éducative lors de l’incarcération de Walid, au contraire, ils l’ont expulsé à sa sortie de prison ! Enfin, il aurait fallu réunir le conseil de discipline dès le 24 mars. Dès lors que la peine a été effectuée, le conseil de discipline n’est plus compétent... »

Walid devait recevoir le résultat des délibérations du conseil de discipline par courrier, ces jours-ci. Lundi soir, il ne s’est pas attardé devant le lycée. Le lendemain matin, il devait passer l’oral de son épreuve de commerce. « Il y a deux semaines, j’ai reçu un courrier qui me sommait de rendre mes livres, glisse-t-il. Heureusement que j’ai refusé... »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !