Liste des auteurs

Article de Hervé Morin paru dans Le Monde le 15 novembre 2006

Le centre de stockage de déchets radioactifs de l’Aube irrite les associations

mercredi 15 novembre 2006 par Hervé Morin

Simple "difficulté rédactionnelle", selon l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), ou "mensonge caractérisé", comme le pense la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité (Crii-Rad) ?

Réexaminé par cette association de défense de l’environnement, le décret du 4 septembre 1989, qui a présidé à la création du centre de stockage de déchets radioactifs de l’Aube (CSA), à Soulaines, appelle des lectures contrastées.

Conçu pour accueillir d’ici à 2050 jusqu’à 1 million de m3 de déchets nucléaires de faible et moyenne activité et à période de vie courte ou moyenne, le CSA, entré en service en 1992, devait en principe "ne pas rejeter d’effluents radioactifs liquides ou gazeux", selon l’article 4 de ce décret - et ainsi qu’il le fut affirmé aux riverains du centre de stockage lors de l’enquête publique.

Mais, en 1991, le Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI) autorisait de fait le rejet d’eaux collectées sur le site, à condition que la concentration en tritium, isotope radioactif de l’hydrogène, n’y dépasse pas 400 becquerels par litre (Bq/l). Soit 200 fois le niveau naturel et quatre fois plus que le seuil d’alerte défini dans l’Union européenne (1998) pour l’eau de boisson, mais vingt fois moins que la limite de potabilité de l’Organisation mondiale de la santé.

LACUNES

"En fait, l’activité en tritium mesurée à l’exutoire du site est de l’ordre du becquerel par litre", assure Francis Chastagnier, directeur industriel de l’Andra. Pour lui, il était implicite que le CSA serait responsable de rejets, mais que ceux-ci resteraient "négligeables du point de vue sanitaire". "La loi sur l’eau de 1995 nous a obligés à nous mettre en conformité", reconnaît-il.

Après quatorze années de fonctionnement, le CSA vient donc d’obtenir une autorisation de rejets - 30 Bq/l pour le tritium - en bonne et due forme.

La Crii-Rad ne se satisfait pas de cette régularisation. A la demande du Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs de la Haute-Marne (Cedra 52) et avec le soutien financier du conseil régional Champagne-Ardenne, l’association a analysé des documents de l’Andra, dans lesquels elle a décelé des lacunes : inventaire incomplet, absence de surveillance de radioéléments, sous-estimation des doses.

M. Chastagnier précise que l’Andra a inventorié 143 radioéléments sur le site. Il admet que celui-ci ne dispose pas de pièges au charbon actif pouvant piéger l’iode radioactif émis par l’atelier de compactage. Mais, hormis deux incidents datant de 1995, ces rejets concernent des isotopes à faible durée de vie. Quant au tritium, "il n’existe pas de moyens de piégeage".

Le 8 novembre, la Crii-Rad a effectué des mesures révélant des flux de radiations gamma cinq fois supérieurs au bruit de fond en divers points de la clôture entourant le site.

L’Andra assure "réfléchir" aux moyens d’éviter que le rayonnement issu des colis radioactifs dépasse son périmètre, tout en précisant que "personne n’y séjourne".


L’usine Comurhex de l’Aude dans la boue radioactive

En mars 2004, 30 000 m3 de boues et de liquides nitratés et radioactifs se sont déversés autour de l’usine de purification d’uranium de la Comurhex, à Malvési (Aude), à la suite de la rupture d’une digue d’un bassin de décantation. Selon cette filiale d’Areva, qui organisait une visite du site, mardi 14 novembre, ces boues seront récupérées dans de nouveaux bassins avant la fin de l’année. L’industriel a investi pour consolider ses lagunes et traiter les eaux de pluie polluées. Effort insuffisant, selon la Criirad, qui a analysé la boue, où elle a détecté de l’uranium, mais aussi du thorium 230 "très radiotoxique" et un descendant du plutonium ne figurant pas dans l’inventaire du site. L’association dénonce l’entreposage à l’air libre de 20 000 tonnes d’uranium qui, outre le rayonnement alentour, constituent une cible pour des terroristes.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !