Liste des auteurs

Un article de Michel Delberghe et Joël Morio paru dans Le Monde du 31 décembre 2005

Le chômage baisse, mais la reprise de l’emploi marchand se fait attendre

dimanche 1er janvier 2006 par Joël Morio, Michel Delberghe

I nvariablement depuis huit mois, la courbe du chômage s’infléchit à la baisse, mais à un rythme encore très ralenti. En novembre, selon les chiffres du ministère publiés jeudi 29 décembre, 2 329 900 demandeurs d’emploi ont été comptabilisés dans la catégorie 1 - à la recherche d’un emploi à temps plein ou ayant exercé une activité d’au plus 78 heures -, soit une diminution de 28 200 inscrits (- 1,2 %) par rapport au mois d’octobre. Avec l’ensemble des catégories, le nombre de demandeurs d’emploi se monte à 2 799 000 (- 0,9 %). Le taux de chômage s’élève à 9,6 % (- 0,1 %), soit une baisse de 0,4 % en un an. L’inflexion est réelle depuis le pic de 10,2 % du mois d’avril.

Chez les moins de 25 ans, la baisse (- 0,7 %) est moins perceptible que parmi les 25-49 ans (- 1,2 %) et les plus de 50 ans (- 1,6 %). Le nombre des chômeurs de longue durée enregistre également une diminution réelle (- 1,8 %), essentiellement des demandeurs d’emploi inscrits depuis deux à trois ans (- 2,8 % en un mois et - 6,7 % en un an), dont certains d’entre eux ont été "basculés" sur d’autres dispositifs d’insertion ou de prise en charge.

Les inscriptions à l’ANPE ont, en revanche, fortement augmenté, de 331 200 en octobre à 394 500 en novembre (+ 19 %). Principales causes de cet afflux : les fins de contrats à durée déterminée, les premières entrées et l’interruption des missions d’intérim.

Les sorties des fichiers sont en très légère augmentation, de 403 648 en octobre à 404 074. Mais ce n’est pas dû aux reprises d’emploi déclarées, qui passent de 105 708 le mois précédent à 97 544. Les entrées en stage sont aussi en baisse, comme les radiations administratives, de 37 552 à 33 122. En revanche, les services de l’ANPE ont rayé de leurs fichiers 16 406 personnes sur un total de 167 943 pour "absence au contrôle". Il y a tout juste un an, en novembre 2004, 127 135 personnes étaient concernées par cette mesure administrative.

Sans attendre la publication des chiffres officiels, Jean-Louis Borloo, ministre de l’emploi et de la cohésion sociale, s’est empressé d’attribuer, dans un communiqué, la poursuite de la baisse à "la montée en puissance du plan de cohésion sociale, renforcé par le plan d’urgence pour l’emploi impulsé par le premier ministre".

Parmi les mesures mises en oeuvre, le ministère relève les 10 765 contrats initiatives emploi, en novembre, conclus dans le secteur marchand - 6 922 en octobre - pour les chômeurs en difficulté. C’est surtout le retour des contrats aidés dans le secteur non marchand qui commence à produire ses effets après la disparition des emplois-jeunes. Selon le ministère, 150 000 contrats d’avenir ou d’accompagnement vers l’emploi ont été signés par les collectivités locales et les associations. S’y ajoute le retour de 20 000 emplois "vie scolaire" dans l’éducation nationale et de près de 90 000 en cours de recrutement ou prévus en 2006 dans les secteurs sanitaire, social et sportif.

Autre mesure phare du gouvernement, le controversé contrat nouvelle embauche (CNE) a représenté 11 % des embauches dans les entreprises de moins de 20 salariés, soit, depuis le mois d’août, 220 000 salariés. Pour le ministre délégué à l’emploi, Gérard Larcher, l’ensemble de ces mesures devrait contribuer à atteindre "le seuil psychologiquement important de 9 % (de chômeurs) pour le second semestre 2006", a-t-il déclaré vendredi sur RTL, en misant sur un taux de croissance de 0,7 % au quatrième trimestre.

Toutes ces formules ne doivent pas masquer la réalité. Les créations d’emplois salariés restent encore d’un niveau assez faible. Selon une étude de la Dares, organisme d’études du ministère de l’emploi, publiée en décembre, le solde positif des créations se monte à un millier au cours du troisième trimestre, au lieu de 21 000 au trimestre précédent. Le dynamisme du secteur du bâtiment (+ 7 000) et du tertiaire (+ 19 000) parvient à peine à compenser les 25 000 suppressions dans l’industrie. Sur un an, les créations d’emplois salariés ont atteint 40 000, estime l’Insee.

Ces créations d’emplois n’expliquent pas à elles seules la baisse du chômage. "Celle-ci reflète surtout un contrôle plus actif des chômeurs qui se traduit par des radiations, le départ à la retraite des premières générations du baby-boom et l’arrivée sur le marché du travail des classes creuses des années 1980", observe Marc Touati, économiste chez Natexis Banques Populaires.

Pour lui, la réduction du nombre de demandeurs d’emploi s’explique davantage par des "effets mécaniques" que par une amélioration de la conjoncture, comme en témoigne la dernière enquête de confiance auprès des industriels. Il prévoit un taux de chômage à 9,5 % au printemps et à 9,2 % à la fin 2006, sans qu’on puisse imputer ce recul à une amélioration de l’économie. "Nous prévoyons pour 2006 une croissance de 2,2 % en France, ce n’est pas mal mais pas suffisant pour faire baisser le chômage", juge M. Touati. "Pour créer des emplois il faudrait que la croissance se situe de 2,5 % à 3 %", conclut-il.


CHIFFRES

2 799 000 inscrits à l’ANPE en novembre, dont 2 329 900 de catégorie 1. Par rapport à octobre, la baisse est plus importante chez les hommes (- 1,3 %) que chez les femmes (- 1,1 %).

9,6 % : Le taux de chômage selon les normes du BIT (10 % en novembre 2004 et 10,2 % en avril). Il s’élève à 22,8 % pour les moins de 25 ans, à 8,6 % pour les actifs de 25-49 ans et à 6,8 % pour les plus de 50 ans. La France reste largement au-delà de la moyenne européenne (8,5 %).

2 541 100  : Le nombre de demandeurs d’emploi indemnisés s’est accru de 0,1 % en novembre. 48,1 % d’entre eux sont couverts par le régime d’assurance-chômage et 10,6 % par celui de la solidarité.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !