Liste des auteurs

Un article de Alexandre Fache paru dans l’Humanité du 20 octobre 2005

Le débat sur l’EPR n’a pas eu lieu

jeudi 20 octobre 2005 par Alexandre Fache
Du fait du retrait des associations, la première réunion sur le réacteur nouvelle génération prévue hier à Cherbourg, a été annulée.

Est-il possible de débattre de façon sereine sur le nucléaire en France ? À voir les difficultés rencontrées depuis plusieurs semaines par la Commission particulière du débat public (CPDP), chargée de mettre en oeuvre ce débat dans toute la France, la réponse est bel et bien négative. Lundi, sur son site Internet, la commission a ainsi annoncé, sans plus d’explications : « La réunion du 19 octobre est annulée. » Prévue à Cherbourg, lieu stratégique s’il en est puisque tout proche du site de Flamanville où doit être implanté le futur réacteur EPR, cette réunion devait constituer le coup d’envoi du débat national, dont le terme était fixé à février 2006. Mais depuis, le bel édifice construit pierre par pierre par les membres de la CNDP s’est effondré.

Coincé entre le volontarisme des pouvoirs publics, qui ont affiché à plusieurs reprises leur soutien très clair au projet EPR - jusque dans le vote d’une loi, le 13 juillet dernier, donnant le feu vert officiel au nouveau réacteur -, et les exigences parfois tardives des associations écologistes, la commission a longtemps ferraillé avant de mettre un genou à terre il y a trois jours. Aux forfaits de Greenpeace et du réseau Sortir du nucléaire, s’est ajouté en début de semaine celui de Global Chance, l’association présidée par le chercheur Benjamin Dessus. Un forfait de trop pour la CPDP, qui a convoqué hier une assemblée plénière afin de faire le point et de réorganiser son travail.

À l’origine du départ des associations, la « censure », par la CPDP, d’un passage - six lignes au total - de la contribution écrite du réseau Sortir du nucléaire. Six lignes dans lesquelles il est fait référence à un document classé « secret défense » évoquant une vulnérabilité du réacteur EPR en cas de crash d’un avion de ligne. Devant le refus du président de la République de « déclassifier » le document en question, les associations, et avec elles la CPDP, ont proposé qu’un « panel » d’experts puisse avoir accès à certaines informations relatives à la sécurité et à la protection des sites nucléaires. Refus catégorique de Matignon... et départ des associations.

« Ce débat doit avoir lieu, tonne pourtant le président de la CPDP, Jean-Luc Mathieu. Certes, les diverses prises de position politiques ne nous ont pas aidés. Certes, les associations, qui réclamaient de la transparence, renâclent aujourd’hui. Mais il s’agit tout de même d’une décision qui pourrait nous concerner pendant cent ans ! »

Devant l’insistance du gouvernement à « respecter les délais d’organisation », le débat a donc officiellement démarré hier... par une réunion fantôme. Le premier vrai rendez-vous est désormais fixé au 3 novembre, à Lyon.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !