Liste des auteurs

Article de Cécile Calla paru dans Le Monde du 7 novembre2006

Le gouvernement allemand exige d’E.ON des explications

mardi 7 novembre 2006 par Cécile Calla

Deux jours après la gigantesque panne d’électricité qui a plongé une partie de l’Europe dans le noir, les circonstances de l’incident restent encore floues.

Selon le réseau de transport d’électricité allemand E.ON Netz, filiale du groupe E.ON, la coupure d’électricité peut être mise en relation avec l’arrêt d’une ligne à haute tension dans le nord-ouest de l’Allemagne, en Basse-Saxe, pour permettre le passage d’un navire de croisière norvégien sur la rivière Ems.

"Cet arrêt pourrait avoir perturbé le réseau allemand nord-ouest", a indiqué Christian Schneller, porte-parole d’E.ON Netz. Pour autant, cet arrêt, qui constitue une mesure de routine, "n’explique pas l’incident. Il doit avoir d’autres causes", ajoute M. Schneller.

Autre hypothèse avancée par le ministère de l’économie en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, une erreur de réglage dans l’ajustement de l’alimentation entre l’énergie éolienne et les autres sources d’énergie. Selon un porte-parole de ce ministère, la part de l’énergie en provenance des éoliennes a été augmentée samedi soir sans que celle des autres sources d’énergie soit suffisamment réduite.

Outre-Rhin, la panne d’électricité a touché près d’un million de foyers, notamment en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le Bade-Wurtemberg, en Sarre et dans le nord de la Bavière. La coupure a entraîné des retards sur une centaine de trains, notamment à Berlin et dans la région qui l’entoure, le Brandebourg.

Le ministre de l’économie, Michael Glos (CSU), a exigé d’E.ON un rapport détaillé sur les circonstances de l’incident. "Les coupures d’électricité de ce genre ne constituent pas seulement une contrariété pour les particuliers. Elles représentent également un risque considérable pour l’économie", a souligné M. Glos.

"ETAT DÉPLORABLE DU RÉSEAU"

De son côté, le ministre de l’environnement, Sigmar Gabriel (SPD), a exhorté les groupes énergétiques à investir davantage dans les infrastructures. Surfant sur cette vague, la fédération allemande des consommateurs d’énergie a dénoncé "l’état déplorable du réseau".

Pour sa défense, E.ON fait valoir qu’il a investi 1 milliard d’euros par an dans le réseau ces dernières années. A moyen terme, des investissements à hauteur de 2,8 milliards d’euros sont également prévus. Mais l’aménagement des infrastructures est souvent retardé par de longues procédures administratives qui peuvent, dans certains cas, durer jusqu’à dix ans, a souligné E.ON.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !