Liste des auteurs

un article de A.R. paru dans le Figaro du 15 aout 2005

Le gouvernement belge veut qu’Electrabel ouvre sa production

lundi 15 août 2005
ÉLECTRICITÉ Le ministre fédéral de l’Energie met Suez en garde

La Belgique pourrait contraindre Electrabel à céder 2 000 mégawatts non exploités à de nouveaux opérateurs, selon le ministre fédéral de l’Energie, Marc Verwilghen, qui s’est exprimé à travers deux interviews publiées samedi par les quotidiens De Tijd et Le Soir. Quelques jours après l’offre lancée par Suez sur les 49,9% du capital d’Electrabel qu’il ne contrôle pas encore, le ministre libéral flamand a noté que trois ou quatre importants opérateurs attendaient d’entrer sur le marché belge de l’électricité que le gouvernement ouvre à la concurrence.

« Des 13 000 mégawatts produits par Electrabel, 2 000 ne sont pas exploités pour l’instant. Il s’agit de sites désaffectés, des centrales fonctionnant pour la plupart au charbon. Nous voudrions les réactiver, en passant à des techniques au gaz ou à de la cogénération, et les faire exploiter par de nouveaux opérateurs. Un investissement avantageux puisque ces sites sont déjà connectés au réseau », souligne en particulier le ministre.

En s’attaquant ainsi à la domination d’Electrabel, le gouvernement belge cherche en réalité à limiter les parts de marché prises par un seul producteur. « Après avoir agi sur les prix de la distribution et du transport d’électricité, dans la perspective de la libéralisation, il faut maintenant se pencher sur la production. Nous devons l’ouvrir car Electrabel reste un acteur dominant. La production, c’est le talon d’Achille de la libéralisation », estime le ministre de l’Energie, qui dit avoir eu des contacts avec d’éventuels investisseurs, sans donner de précisions. Il a ajouté que le gouvernement avait déjà parlé de ses projets à la direction d’Electrabel et qu’il prendrait une décision en septembre.

Marc Verwilghen met aussi Suez en garde. Le groupe français offre 332 euros en numéraire et quatre de ses actions par titre Electrabel, soit 430,88 euros au cours actuel. Cette parité valorise son offre à 11,2 milliards d’euros. Suez prévoit d’ouvrir son OPA vers la mi-septembre pour la clôturer un mois plus tard environ. Le ministre wallon de l’Economie avait déjà prévenu : « Electrabel est une entreprise qui a été créée et développée par les Belges » et « il faudra prendre des dispositions (pour que Suez-Electrabel) reste un groupe binational. » Conscient de l’émotion provoquée par l’OPA, le président de Suez, Gérard Mestrallet, a déjà déclaré qu’il avait promis de faire de la nouvelle entité un « groupe franco-belge ». Mais l’opération continue de susciter des inquiétudes en Belgique sur le sort futur du champion énergétique national. Aussi, samedi, le ministre de l’Energie a-t-il maintenu la pression en assurant que Suez devra tenir tous ses engagements. Sinon « cela poussera la Belgique à engager certaines actions », a-t-il prévenu. Et d’ajouter : « L’engagement de procédures par le biais des instances de contrôle en Belgique est parfaitement possible. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !