Liste des auteurs

AFP le 13.06.2012

Le groupe d’électricité EON réclame huit milliards d’euros à l’Allemagne

dimanche 17 juin 2012
S’estimant lésé par la décision de Berlin de stopper le nucléaire, EON demande des indemnisations. Plusieurs de ses concurrents en ont fait autant.

L’allemand EON estime à huit milliards d’euros environ son préjudice après l’abandon du nucléaire par le pays, a indiqué un porte-parole du groupe, alors que l’industrie nucléaire dans son ensemble réclame selon la presse 15 milliards d’euros de dédommagement à l’Etat.

EON, numéro un allemand de l’énergie, a confirmé à l’AFP le chiffre cité mercredi par le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) d’environ huit milliards d’euros de « préjudice économique né de l’arrêt des centrales ».

« L’ordre de grandeur est juste en ce qui concerne EON », a affirmé ce porte-parole.

Comme ses concurrents RWE, Vattenfall et EnBW, EON a dû abruptement arrêter certains de ses réacteurs nucléaires en mars 2011, après la catastrophe de Fukushima, et devra progressivement fermer les centrales restantes d’ici 2022.

EON et RWE contestent la décision prise par le gouvernement d’Angela Merkel l’an dernier, et ont porté l’affaire devant la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe. Il s’agit dans un premier temps de faire constater qu’un « droit fondamental », en l’occurrence le droit à la propriété, a été bafoué.

Dans un deuxième temps seulement les groupes feront valoir leurs demandes concrètes de dommages et intérêts, a expliqué le porte-parole d’EON.

Le numéro deux allemand RWE n’a pour sa part pas commenté les chiffres mercredi.

Le groupe suédois Vattenfall, le troisième producteur d’énergie nucléaire en Allemagne, se prépare à porter plainte contre le pays devant un tribunal d’arbitrage de la Banque mondiale. Il aurait aussi l’intention de se pourvoir devant la Cour constitutionnelle allemande, selon la FAZ.

« Nous n’avons aucun doute sur le fait que l’abandon du nucléaire est absolument conforme à la constitution », a réagi lors d’une conférence de presse régulière le porte-parole du gouvernement, Georg Streiter.

Quand les plaintes auront effectivement été déposées en bonne et due forme, le gouvernement va les examiner, a-t-il ajouté.

Selon la FAZ, 63 experts, institutions et organisations seront consultés dans la cadre de la procédure, dont la fédération des industriels BDI ou encore l’association écologiste Greenpeace.

Un porte-parole du ministère de la Justice a indiqué que, d’une manière générale, l’instruction d’une plainte auprès de la Cour de Karlsruhe pouvait prendre jusqu’à deux ans.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !